Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Monseigneur-andre-dupleix-a-gauche-ici-en-2012-aux-Côtes 16

Mgr André Dupleix   Recteur honoraire de l'IC de Toulouse

Délégué épiscopal à la formation des laïcs

Tél: 05 59 06 54 93  Courriel :  a.dupleix@free.fr

 

16/ Liberté de la foi

 

Il peut arriver qu'en certaines circonstances nous constations combien la parole libre des chrétiens, du baptisé membre d'une communauté chrétienne à l'évêque en charge d'une Eglise locale, suscite une opposition, latente ou vive, sur des questions essentielles comme la recherche de la paix, de la justice, du respect de la vie ou de l’égalité et de la dignité des personnes.  

A moins de se résoudre à un « dialogue de sourds » ou de considérer les polémiques comme inévitables, ne convient-il pas de souhaiter que soient mieux comprises les implications et les conséquences de  la conscience spirituelle dans l’existence concrète de chacun  comme dans la vie sociale ?

La foi chrétienne ne relève pas uniquement de la sphère privée, celle où l’on voudrait enfermer le culte, la liturgie et d’une certaine façon toute la symbolique religieuse, méconnaissant en cela leur finalité et leur  capacité à donner sens aux quêtes incessantes de l’humanité. Elle ne peut non plus être prisonnière de cadres rigides ou de principes régressifs.

Me revient en mémoire la célèbre interpellation en son temps d’un amiral français à l’évêque d’Orléans, alors favorable au désarmement : « Messieurs de la cléricature, mêlez-vous de vos oignons ! » La réplique aurait pu être tout aussi réaliste : « Le problème, Amiral, c’est que, précisément – ne vous en déplaise –, ce sont nos oignons ! » En termes plus convenus – et pour reprendre une affirmation chère à la tradition chrétienne –  « Rien de ce qui est humain ne nous est étranger ! »

Il est certes des relais ou des niveaux de responsabilité à respecter. Mais que peut-on craindre d’un message dont le fondement même, par sa référence à Jésus et à l’Évangile, est l’amour, la paix et la réconciliation ? Un message qui, face aux dislocations, aux ruptures ou aux provocations de la mort, annonce la dimension transcendante de l’existence et la vie éternelle ?  

Ni déracinés, ni nostalgiques du passé, ni empêcheurs de vivre ou d’aimer, les chrétiens sont simplement fidèles au Christ comme l’étaient Pierre et Jean, déclarant devant le Sanhédrin : « Nous ne pouvons certes pas, quant à nous, taire ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4,20).

Commenter cet article