Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Monseigneur-andre-dupleix-a-gauche-ici-en-2012-aux-Côtes 16

Mgr André Dupleix  

Recteur honoraire de l'IC de Toulouse

Délégué épiscopal à la formation des laïcs

Tél: 05 59 06 54 93

Courriel:  a.dupleix@free.fr

 

17/ L'indifférence

Entre les massacres des chrétiens en Orient, vingt huit récemment assassinés en Lybie par Daesh, et les naufrages incessants de bateaux de migrants surchargés, sept cent morts au large de l'ile italienne de Lampedusa, entre les millions de réfugiés dénombrés par le Haut Commissaire des Nations Unies et les 805 millions de personnes de personnes qui souffrent de la faim, comment penser que notre monde va bien ? Comment oublier qu'à tous les niveaux possibles l'indifférence, notre indifférence, celle des nantis et des grandes structures internationales, continue de faire chaque jour des centaines de milliers de victimes ?

Plus près de nous, à notre porte parfois, c'est de cette indifférence qu'il faut parler, même si nous sommes gênés de constater à quel point elle nous habite de tant de façons possibles, à chaque tournant de notre vie personnelle et sociale. L'indifférence qui tue, même lorsque nous avons rangé nos armes. L'indifférence qui est une insulte à toutes formes de vie.

Le sens commun nous dit que l'indifférence est l'état de celui qui est détaché de tout, personnes et choses, qui n'éprouve ni plaisir ni douleur ni crainte ni désir, celui pour qui le monde finit par être sans intérêt et sans importance. Il est rare d'être totalement indifférent à tout. Mais le plus grave est d'être indifférent lorsque quelqu'un peut avoir besoin de notre aide, de notre attention, de notre présence, lorsqu'une situation pour se dénouer nécessite notre effort, notre investissement personnel, notre disponibilité. Si nous nous barricadons, si nous capitulons, ce peut être l'échec ou la désillusion. Les événements s'en remettent toujours. Les personnes peuvent être blessées à vie lorsqu'elles ne sont pas moralement détruites.

Luttons contre l'indifférence qui est un véritable fléau. Au sein d'une communauté croyante, elle devient par le fait même un contre-témoignage flagrant et radical. Nous cherchons bien souvent ailleurs les signes du progrès social. Alors que c'est sur ce terrain que les mesures les plus urgentes sont à prendre.

Gilbert Bécaud chantait justement : "Ce qui détruit le monde c'est l'indifférence... Elle te tue à petits coups l'indifférence..." 

 

Retrouvez les billets de Mgr Dupleix en cliquant sur :