Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

32/ Un peu de hauteur...

 

Nombreux sont les secteurs de notre vie publique qui se ressemblent étrangement  par la vivacité, la pugnacité et souvent la partialité de leurs débats. Aucune institution, fût-elle en apparence la moins politisée, n'échappe d'ailleurs à ce constat.

On peut toutefois s'interroger sur l'écart accentué entre de légitimes confrontations et un minimum de consensus éthique hors duquel on finit par transformer les débats en champs de bataille. Dès lors tous les coups sont permis pour déstabiliser ceux ou celles qui sont devenus des adversaires.

Nous semblons parfois bien naïfs en évoquant la nécessaire moralisation tant du champ politique que des autres lieux  y compris religieux  dans lesquels s'entrecroisent des enjeux de tous ordres, dont celui du pouvoir. Mais faut-il pour autant se taire et renoncer à ouvrir quelques voies, à rappeler quelques repères permettant — en plus d'un apport objectif à certaines questions — le maintien d'un code d'honneur ou de règles élémentaires, dont celle du respect d'autrui ?

Il est vrai qu'en matière de fonctionnement des institutions les nuances peuvent être innombrables et ne font qu'accentuer les difficultés pour les chevaliers au grand coeur... Ainsi, on ne ment pas vraiment lorsqu'on se contente de contourner la vérité... On ne détruit pas vraiment lorsqu'on se contente de fragiliser les bases... On ne discrédite pas vraiment quelqu'un lorsqu'on se contente d'énumérer ses faiblesses... On rend finalement service à l'autre en dénonçant chez lui ce que l'on considère comme des erreurs, etc.

La liste serait longue qui finirait par vous faire croire que, plus vous êtes attaqué, plus vous avez au moins la chance d'être valorisé par votre adversaire ! Remarquez toutefois que certaines attaques rendent paradoxalement et d'autant plus service à ceux — personnes ou institutions — qui en sont victimes, qu'elles sont primaires, décalées, excessives ou sans réelle argumentation.

Oui aux débats les plus serrés, mais dans la clarté et le respect mutuels. Non à la perfidie et au soupçon systématique déployés par certains  qui auraient pourtant tout à gagner, aux postes où ils se trouvent, à se comporter avec un peu de hauteur...

 

Retrouvez les billets de Mgr Dupleix en cliquant sur :