Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

La canonisation de Mère Terera aura lieu le dimanche 4 septembre 2016,

place Saint Pierre à Rome.

La fondatrice des Missionnaires de la charité avait été béatifiée par Jean-Paul II en 2003. 

Retransmission sur le Jour du Seigneur.

Le 4 septembre, Le Jour du Seigneur proposera une émission spéciale autour de la canonisation de Mère Teresa, avec 2h50 d’antenne de 10h à 12h50.

 

 

Née en 1910 dans une famille albanaise vivant dans ce qui est aujourd’hui la Macédoine, Gonxhe Agnes Bojaxhiu était entrée dans les ordres à 18 ans, puis avait été envoyée en mission en Inde, comme enseignante. Un peu plus de vingt ans plus tard, elle fondait, en 1950, sa propre congrégation, les Missionnaires de la Charité, qui consacrent leur vie de manière radicale « aux plus pauvres d’entre les pauvres ». Œuvrant d’abord à Calcutta, la congrégation s’est peu à peu développée dans le monde entier. Actuellement, elle compte près 4 500 religieuses, dont quatre ont été assassinées au Yémen, en mars 2016. Prix Nobel de la paix en 1979, Mère Teresa est décédée en 1997 à Calcutta, où elle repose depuis dans la maison-mère de sa congrégation.

 

 

7 choses à savoir sur Mère Térésa

 

 

Prix de la BD chrétienne d’Angoulême 2016 : 

« Mère Teresa de Calcutta. Au nom des pauvres parmi les pauvres »

Parmi les 15 albums sélectionnés, le jury de la bande dessinée chrétienne d’Angoulême, réuni à la Conférence des évêques de France, à Paris, le mercredi 16 décembre 2015, sous la présidence du Père Michel Manguy, vicaireépiscopal curé et doyen à Angoulême, a choisi de primer l’album :

« Mère Teresa de Calcutta. Au nom des pauvres parmi les pauvres »
Le jury a été «renversé» par ce récit tout en nuances de la vie de Mère Teresa, admirablement servi par le graphisme. L’aquarelle, magnifique, nous immerge dans une ambiance et une énergie de vie. Le récit est cohérent, offrant un bon équilibre entre foi et oeuvres, entre message laïque et esprit évangélique.
Cette femme a contribué à ce que quelque chose change dans le monde et son oeuvre perdure. C’est un album moderne, émouvant, à l’atmosphère intime et pudique, un très bel ouvrage.

Cette BD, biographique, reprend logiquement les moments forts de la vie de Mère Teresa.
Le dessin de l’Indien Sachin Nagar est superbe, tout à l’aquarelle. Il magnifie le propos, présentant sous de belles lumières artistiques la vie exemplaire en son genre qu’a menée Mère Teresa. Le scénario de Lewis Helfand (à qui l’on doit aussi l’excellent Martin Luther King Jr. aux mêmes éditions 21g) est tout aussi efficace, donnant presque au lecteur envie de suivre les traces de Mère Teresa ! Projet qui pourrait devenir réalité, puisque le généreux cahier supplémentaire, en fin d’ouvrage, donne différentes pistes « pour aller plus loin » et notamment des adresses pour que votre volonté d’agir puisse se concrétiser ou pour que vos dons aident à ce que l’oeuvre de Mère Teresa perdure encore et encore, toujours et partout.

Mère Teresa a été béatifiée par Jean-Paul II le 19 octobre 2003 au cours d’une cérémonie à Rome rassemblant 300.000 fidèles. Elle devrait être canonisée le 4 septembre 2016, dans le cadre du «Jubilé de la miséricorde» qui s’est ouvert le 8 décembre.

 

Dans le cadre des festivités qui accompagnent la canonisation ce dimanche 4 septembre 2016 de Mère Teresa à Rome, le Pape François donnera la veille à 10h place Saint-Pierre une catéchèse spéciale sur la future sainte lors du jubilé des opérateurs et volontaires de la miséricorde. Environ 24 000 personnes sont attendues pour cet événement. Parallèlement, en la basilique de San Andrea della Valle dans le centre de Rome, à 17h, le chœur et l’orchestre Fideles et Amati interprétera l’oratorio « Mater » de Marcello Bronzetti. Une messe sera ensuite célébrée et suivie par une vénération des reliques de Mère Teresa. Un autre concert, celui de l’Orchestra Kosovo Philarmony, aura lieu à 19h30 en la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs, toujours à Rome.

 

A Rome, la Charité prépare la canonisation de Mère Teresa

Des dizaines de religieuses des Missionnaires de la Charité ont rallié Rome ces derniers jours pour participer aux diverses célébrations prévues autour de la canonisation dimanche de mère Teresa, fondatrice de cette congrégation.

Une exposition photo, une comédie musicale jeudi, une soirée de prière vendredi, une catéchèse du pape François samedi... Le programme est bien rempli avant la messe de canonisation dimanche matin place Saint-Pierre, pour laquelle des dizaines de milliers de fidèles sont attendus.

La canonisation équivaut à une reconnaissance officielle par l'Eglise du fait qu'une personne est au paradis, mais pour les membres de sa congrégation, la religieuse indienne était déjà sainte depuis le jour de sa mort le 5 septembre 1997.

"Sa canonisation ne change rien, mais c'est une acceptation officielle de l'Eglise, et cela fait d'elle un témoin fort pour le monde. Cela apporte de l'espoir", a expliqué à l'AFP Soeur Martin de Porres, 76 ans dont plus de 50 au sein des Missionnaires de la Charité.

"Elle désirait fortement la sainteté. Elle avait fait le voeu de ne jamais rien refuser à Dieu", a-t-elle ajouté.

"Elle n'était pas une personne extraordinaire, elle était comme nous, mais elle était différente en cela qu'elle était en permanence en communion avec Dieu, quoi qu'elle fasse", a insisté la religieuse, même si la procédure canonique a révélé que mère Teresa avait parfois douté.

Née en 1910 dans une famille albanaise à Skopje (alors dans l'empire ottoman, aujourd'hui en Macédoine), Gonxhe Agnes Bojaxhiu est entrée dans les ordres à 18 ans et a été envoyée enseigner en Inde

En 1947, elle a fondé à Calcutta les Missionnaires de la Charité, qui comptent actuellement 5.000 religieuses consacrant leur vie "aux plus pauvres d'entre les pauvres" à travers le monde. Cet engagement lui a valu le prix Nobel de la paix en 1979.