Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 

Déclaration des 118 évêques de France : Fin de vie : oui à l’urgence de la fraternité ! 

 

Fin de vie ...

Mesdames et Messieurs les députés,

 

156 d’entre vous ont publié une tribune réclamant sans tarder une nouvelle loi sur la fin de vie, alors que celle qui porte le nom de « Claeys-Léoneti » qui avait soigneusement évité de déverrouiller la porte de l’euthanasie, ne date que de 2016. Cette précipitation paraît plus que suspecte auprès de tous ceux qui pensent qu’un sujet aussi complexe est à manipuler avec d’infinies précautions.

 

En effet, qui n’a pas, dans son entourage, assisté à une fin de vie qui semblait interminable et « inutile » ? Qui n’a pas constaté que les soins sensés apporter un confort de vie et un soulagement prolongeaient sans fin les délais ? Mais qui n’a pas aussi apprécié le professionnalisme, la délicatesse, l’humanité des équipes de soins palliatifs qui accompagnent les grands malades ? Qui n’est pas admiratif des trésors d’attention et d’amour que déploient ces époux, ces épouses, ces enfants et ces proches entourant de leur affection et jusqu’au dernier souffle ceux qui les quittent ?

 

Malgré les sondages favorables à ce qu’on peut appeler un suicide assisté, chacun pressent bien qu’aucune loi ne nous mettra au niveau du mystère intime de la personne humaine qui se joue dans ces moments là. « Il convient de donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps et, c’est essentiel, de leur destin » précise le texte qui demande un « droit au choix ». Parler de droit n’est-ce pas imposer un devoir ? Qui peut s’arroger le droit d’imposer à un autre le devoir de supprimer une vie ? Je repense à cet homme, jeune, regrettant, devant l’agonie de son père, que « l’on ne puisse pas en finir » et à qui je suis permis de dire : « Tu te vois lui faire la piqûre ? » --« Pas moi, mais les médecins ! »  N’y a-t-il pas un certain manque de dignité à décharger sur les autres, à plus forte raison sur les soignants, la tâche de l’exécution de l’injection finale ?

 

Après avoir décidé de cesser des traitements inefficaces et préparé les siens à son départ, un de mes amis a eu le temps de leur dire avant d’entrer dans une sédation profonde : « Maintenant je suis comblé, je suis heureux !» Ces quelques mots ont illuminé cette fin de vie qui aurait pu être abrégée bien avant.

 

Mesdames et Messieurs les députés, les lois n’empêcheront et n’expliqueront jamais cette larme qui a coulé sur la joue de la centenaire au moment de s’en aller, il y a quelques jours. Et rappelez-vous qu’à l’origine, la vie nous a été donnée et qu’à la fin, elle pourra encore être offerte.

 

Abbé Jean Casanave (mars 2018)

Blog : Eclats de vie​​​​​​

Jean Casanave, prêtre au service de la formation permanente diocésaine (Pyrénées Atlantiques), propose ses réflexions sur les centres d'intérêts suivants : 

La culture rurale, le travail de la terre, la Bible, l'actualité, l'évolution de la société, les religions et l'Eglise catholique.

Fin de vie ...

 

« Aujourd’hui, j’ai veillé une personne qui va mourir. »

 

Une jeune ergothérapeute de 24 ans, Élisabeth de Courrèges, diplômée d'un master en éthique médicale partage avec les lecteurs d'Aleteia son témoignage sur l'accompagnement d'une personne en fin de vie.

Élisabeth de Courrèges évoque dans cette tribune les derniers instants vécus avec avec un patient, la richesse de ce qu’elle a pu apprendre de leur relation et l’espérance qu’elle retire de cette rencontre.

« Madame,

 

Vous ne dites déjà plus rien, et pourtant votre corps parle pour vous et nous le rappelle à tous : vous allez mourir. Alors que je me tiens auprès de vous, je comprends que ce qui vous arrive est mystérieux et me reste inaccessible. Mais une intensité de présence toute particulière se dégage, et le hasard de mes visites de chambres m’a voulu témoin de ces instants.

 

Le temps ne compte plus. Seul le mouvement irrégulier de votre respiration rythme le moment que nous partageons, et l’alternance des phases d’inspiration, de pause et d’expiration façonne une nouvelle pulsation, une nouvelle perception des secondes, rebelles à la trotteuse de ma montre, rebelles à la mort qui, tant qu’elle n’est pas là, laisse toute la place à la vie. Un nouveau temps que je tente de partager avec vous au milieu d’une journée qui s’annonce déjà trop remplie. Un temps gagné à être perdu.

 

Je suis là. C’est ma seule certitude, ma seule réponse à votre regard. Présence à votre présence. Surtout, ne rien fuir, ne rien nier, ne pas détourner son regard. Ne rien attendre, ne rien chercher, aucune curiosité malsaine, aucun angélisme.

 

Je suis là. Comme un compagnon qui fait route avec vous, mais quelques pas en arrière. Je ne viens pas constater comment meurent les hommes, je viens contempler la vie. La vie dans ce qu’elle a de plus essentielle, détachée de ses compétences, de ses entreprises, de ses richesses, de ses mouvements, de ses mots. Malheureusement pas détachée de douleurs en ce moment.

 

Je suis là, dans un acte de foi : je quête l’invisible vie derrière vos yeux presque fermés. Mais quand ces yeux me convoquaient encore il y a quelques semaines, ils m’apprenaient à voir les sourires et les larmes que le monde ne savait plus voir, et à chercher la beauté derrière les souillures, les dépendances, les peurs, les blessures. Peut-être vouliez-vous me préparer à ce jour où plus rien ne me ferait croire en la dignité de votre corps en agonie, sinon cette leçon que vous m’avez transmise en héritage : la beauté est partout pour qui veut la voire.

 

Je suis là, je me remémore ce que vous m’aviez raconté de votre histoire, de vos passions, de vos affections, de vos dons, de vos séparations, de vos espoirs, et je m’autorise à imaginer le bouillonnement de votre vie intérieure.

 

Je suis là, et me surprend à vous parler dans mon fort interne, moi aussi. Comme lorsque je prie, et que les mots, sans dépasser les frontières silencieuses de mon cœur, parviennent intacts, je le crois, à mon Seigneur. Présence à Sa Présence.

 

Désormais j’ai compris ce que signifie « donner un sens aux derniers instants de la vie ». Ce n’est pas seulement une direction dans laquelle regarder, un futur qu’on n’en peut plus d’attendre. C’est un sens au présent. Veiller ne signifie pas seulement guetter une aurore nouvelle. C’est être sentinelle de cette vie encore présente, si proche de l’autre Vie. L’Espérance est plus qu’une attente. Elle est une présence.

 

Au revoir et merci. Vous avez fait taire tous ceux qui proclament que le temps de la fin de vie n’a pas de sens.

 

Élisabeth »

 

Source : Aleteia

Fin de vie ...

Textes et documents de référence sur la fin de vie

 

 

 

Fin de vie ...

Articles sur la Fin de Vie

 

Commenter cet article