Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 

La paroisse Saint Ambroise en la Vallée Heureuse se situe au sud de l’agglomération paloise de part et d’autre de la route qui mène vers Nay

Gelos, Mazères-Lezons, Uzos, Rontignon, Narcastet

           

«La paroisse, c’est la fontaine du village où chacun peut venir s’abreuver»

Saint Jean XXIII

« La paroisse est présence ecclésiale sur le territoire, lieu de l’écoute de la Parole, de la croissance de la vie chrétienne, du dialogue, de l’annonce, de la charité généreuse, de l’adoration et de la célébration … sanctuaire où les assoiffés viennent boire pour continuer à marcher … » (n°28)

Pape François

Accueil

Abbé Benoît Nouvel : curé

 

Prêtre auxiliaire : Abbé Paul Vacher

Accueil

9, avenue du Gal de Gaulle 64110 Mazères Lezons

Le jeudi de 10h à 12h

 

 

05 59 71 23 68

 

 

 

benoit.nouvel@gmail.com

Accueil

Message des abbés Benoît Nouvel et Paul Vacher

Envisager ensemble le présent et l’avenir de notre paroisse

Voilà trois ans que je suis votre curé, que j’apprends à vivre au milieu de vous et, avec l’aide de l’abbé Paul et des chrétiens engagés dans la paroisse, nous faisons de notre mieux pour prendre soin de vous, au quotidien, dans les événements joyeux ou douloureux de la vie. Ensemble, nous voulons vous annoncer la bonne nouvelle de Jésus, en particulier aux enfants du catéchisme ; nous préparons et célébrons les baptêmes, les mariages et les obsèques avec celles et ceux qui frappent à notre porte.

Aujourd’hui comme hier, entendons l’appel à nous engager davantage ensemble pour que la joie de l’évangile nous transforme et nous rende plus humains, amis de Dieu et amis de tous.

Trois attitudes pourraient devenir les nôtres :

- chercher à connaître celles et ceux que la vie nous fait rencontrer. Regarder, écouter. Commencer par la bienveillance… sans juger ni condamner. Nous étonner de la vie, de la bonté qu’il y a chez tant d’hommes et de femmes.

- oser nous laisser connaître comme disciples du Seigneur, pas par des discours mais par des attitudes, des façons d’être. Ne jamais faire de notre foi quelque chose qui nous éloigne ou nous mettrait au-dessus. Vivre à la manière de Jésus.

- ouvrir des portes, faire vivre. Autoriser. Faire exister. Aider à être davantage libres, heureux, vivants, aimants. C’est cela qui fait la joie de Dieu et la nôtre. « Peut-être nous faudrait-il le temps et les moyens d’une interrogation communautaire, comme une sorte de concile paroissial !

Nous y poserions « à plat » la réalité de nos villages, la nature et l’urgence des appels, la réponse concrète de nos engagements et activités. « Les chemins de la conversion passent nécessairement par de telles initiatives », écrivait l’abbé Paul Vacher dans la feuille paroissiale du 15 septembre dernier.

Confions à l’Esprit-Saint, guide des commencements et des recommencements, le présent et l’avenir de chacun de vous et de notre paroisse. Très belle rentrée à tous !

Accueil

Les églises           Les mairies   

Accueil

La paroisse selon le pape François

Accueil

Le pape donne trois signaux qui montrent qu’une paroisse « se porte bien »

Prière, charité des faits et charité passive. Ce sont les trois « signaux » qui montrent « qu’une paroisse se porte bien », a assuré le pape François lors de sa visite à la nouvelle église San Giulio de Rome, dans le quartier résidentiel de Monteverde, au sud du Vatican, le 7 avril 2019.

Le premier signal, a-t-il expliqué en rencontrant les membres de Caritas et les personnes aidées, « est la prière » : « une paroisse qui prie, les gens viennent prier et prient aussi chez eux. C’est le premier signal ».

« Ici, est-ce qu’on prie ou non ? a-t-il demandé. C’est une des choses qui évitent de tomber dans ce ‘supermarché’ dont nous avons entendu parler. Parce que la prière transforme tout, tout. »

Le deuxième signal, a ajouté le pape, « c’est la charité des faits, ce que vous faites. Se préoccuper des besoins de ses frères, de ses sœurs, des familles… Y compris les besoins cachés, que l’on ne montre pas par honte, mais ils existent, il y en a beaucoup… une charité active, la charité du ‘oui’ : ‘oui, je fais cela’, du ‘oui’, active ».

« Et le troisième, a-t-il conclu, est la charité passive. Que signifie ‘charité passive’ ? Que vous vous aimiez et ne vous critiquiez pas entre vous. C’est une maladie trop grave, le ragot, et quand il y a des ragots dans une paroisse, la paroisse ne va pas bien. C’est un vice qui entre, qui entre subtilement : apporter une nouvelle pour dire du mal des autres … Non, s’il vous plaît, cela ne va pas. »

Accueil

Commenter cet article