Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

« En cette journée du père, je voudrais saluer spécialement tous les parents, tous les papas : Je vous salue du fond du cœur ! […] Je souhaite que vous ayez la grâce d’être toujours très proches de vos enfants, en les laissant grandir, mais en étant proches quand même. Ils ont besoin de vous, de votre présence, de vous sentir à leurs côtés, de sentir votre amour. Soyez pour eux comme saint Joseph : gardiens de leur croissance en âge, en sagesse et en grâce. Soyez les gardiens de leur chemin. Éduquez-les ! Et marchez avec eux. Merci pour tout ce que vous faites pour vos enfants : merci.

 A vous tous je souhaite une bonne fête des pères. Que saint Joseph vous bénisse et vous accompagne. Certains d’entre nous ont perdu leur papa, il s’en est allé, car le Seigneur l’a rappelé : beaucoup de ceux qui sont présents ici n’ont pas de père. Nous pouvons prier pour tous les pères du monde, pour tous les papas vivants, pour les défunts et pour les nôtres, et nous pouvons le faire ensemble. »

Pape François, le 19 mars 2014

Bonne fête papa !
Bonne fête papa !

Vingt phrases pour la fête des pères

 

Bonne fête papa !

Dix hommes devenus saints par leur statut de père

 

Bonne fête papa !
Bonne fête papa !

 

Bonne fête papa !

Le puzzle du jour

Bonne fête papa !

Yves Duteil, dans « Lettre à mon père », interroge le mystère de son père disparu, ses silences, sa présence invisible près de lui

« Toi, mon père que j'aimais tant, je te cherchais depuis longtemps

Mais tu voyages, désormais, près de moi, bien plus que jamais

Repose en paix dans nos mémoires, le plus tendre de notre histoire

Ce sont les mots qu'on a pas dit, c'est à toi que je les dédie. »

Bonne fête papa !

Kipling a écrit ce poème à l'attention de son unique fils, John, âgé alors de 13 ans en 1910.

Si

 

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties

Sans un geste et sans un soupir ;

 

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,

Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,

Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,

Pourtant lutter et te défendre ;

 

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles

Sans mentir toi-même d'un mot ;

 

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,

Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,

Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

 

Si tu sais méditer, observer et connaître,

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser sans n'être que penseur ;

 

Si tu sais être dur, sans jamais être en rage,

Si tu sais être brave et jamais imprudent,

Si tu sais être bon, si tu sais être sage,

Sans être moral et pédant ;

 

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront,

 

Alors les Rois les Dieux la Chance et la Victoire

Seront à tout jamais tes esclaves soumis,

Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un homme mon fils !

 

Traduction : André Maurois (1918)

Bonne fête papa !
Bonne fête papa !

La chanson « Mon vieux » est sorti en 1974 par Daniel Guichard, il la dédie à son père qui décède lorsque l'artiste avait seulement 15 ans. Les paroles de la chanson sont teintées de mélancolie et de nostalgie. Tout au long des couplets, l'artiste se rappelle des gestes du quotidien de son père tout en admirant les faits les plus simples et banales. Il regrette de ne pas passer beaucoup de temps en sa compagnie et décrit l'ambiance monotone mais plutôt habituelle de la maison.

Bonne fête papa !

Il y aura les jours avec, les jours sans

Les amis qui retourneront leurs vestes en un rien de temps

Les jours de peine qui nous enchaînent et les tourments

Les amours chiennes

À l'âge où on renie son père, tu me renieras

Et moi je ne ferai pas de manières, pas de cinéma

Tu me diras merde, des claques se perdront c'est comme ça

Je faisais la même

 

Tu seras peut-être pas le meilleur mon fils

Mais pourtant moi, je serai fier

À quoi ça sert d'être riche

Quand on est riche d'être père

Tu seras peut-être pas le plus fort mon fils

Mais à deux, on sera millionnaires

Que je sois pauvre ou bien riche

Tu seras riche d'un père

Tu seras riche d'un père

 

Les années passeront vite, on rejouera

Les anniversaires, les Noël, et cetera

Comme tous les soirs, y aura ta mère qui attendra

Que tu reviennes

Quand j'aurai besoin de toi, où seras-tu?

Quelque part en voyage, sur une plage, répondras-tu?

Je rêverai de ton visage, je ne saurai plus

Quel est ton âge

 

Tu seras peut-être pas le meilleur mon fils

Mais pourtant moi, je serai fier

À quoi ça sert d'être riche

Quand on est riche d'être père

Tu seras peut-être pas le plus fort mon fils

Mais à deux, on sera millionnaires

Que je sois pauvre ou bien riche

Tu seras riche d'un père

Tu seras riche d'un père

 

Mon petit empereur, ne deviens pas un grand homme

Sois juste un homme, grand

C'est suffisant

 

Tu seras peut-être pas le meilleur mon fils

Mais pourtant moi, je serai fier

À quoi ça sert d'être riche

Quand on est riche d'être père

Tu seras sûrement pas le plus fort, mon fils

Mais à deux, on sera millionnaires

Que je sois pauvre ou bien riche

Tu seras riche d'un père

Tu seras riche d'un père

Bonne fête papa !
Bonne fête papa !

Tout le pouvoir d’être fort,

Et la sagesse d’être sage,

Un jour tu auras tout ça en toi.

 

Tu trouveras dans ton long voyage,

Les réponses que tu cherchais.

Car si tu gravis la montagne,

Tu atteins son sommet.

Enfant de l’homme, regarde au ciel.

En élevant ton esprit,

Tu atteindras l’arc-en-ciel.

Enfant de l’homme, tu deviendras un homme !

 

Personne pour guider ton chemin,

Ni pour prendre ta main.

Mais si la foi en toi résonne,

D’un enfant tu feras un homme !

Enfant de l’homme, regarde au ciel.

En élevant ton esprit,

Tu atteindras l’arc-en-ciel.

Enfant de l’homme, tu deviendras un homme !

 

Découvrir en donnant,

Et donner en découvrant,

Tu trouveras ta place au cœur des tiens.

Toutes les visions, les idées,

Les rêves que tu as faits,

Les plus secrets de tes désirs

Vont bientôt t’appartenir !

Enfant de l’homme, regarde au ciel.

En élevant ton esprit,

Tu atteindras l’arc-en-ciel.

Enfant de l’homme, tu deviendras un homme !

 

Enfant de l’homme,

Enfant de l’homme,

Pour tous tu seras un homme !

 

Paroles et musique : Phil Collins

Bonne fête papa !

Papaoutai de Stromaé, onomatopée qui scande le refrain (treize fois !), exprime de façon particulièrement intense ce manque, cette angoisse, cette quête impossible d’un Papa « jamais très loin », selon ce que dit la mère, alors que l’enfant ne peut que constater qu’il n’est pas auprès de sa famille.

Bonne fête papa !