Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Ce mardi 20 octobre se tient la 34e Rencontre internationale de prière pour la paix à Rome. Organisée par la Communauté de Sant’Egidio, elle a pour thème « Personne ne sauve tout seul - Paix et fraternité ». Différentes personnalités prendront la parole, dont le fondateur de la Communauté Sant’Egidio Andrea Riccardi, le patriarche de Constantinople Bartholomée Ier, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le secrétaire général de la fondation Human Fraternity Mohamed Abdelsalam Abdellatif, le moine bouddhiste de Soto Zen Shoten Minegishi, Sergio Mattarella, président de la République italienne ainsi que le pape François. 

Le Pape François et des représentants de différentes religions se sont retrouvés à Rome sur la place du Capitole pour réaffirmer leur engagement en faveur de la paix et pour rappeler que nous ne parviendrons pas à cette paix en agissant seuls. C'est tous ensemble qu'on réussira.

Que le Seigneur nous aide à marcher ensemble sur la voie de la fraternité pour être des témoins crédibles du vrai Dieu

Pape François

Justice et paix s'embrassent et aucune pandémie ne les arrêtera

Heinrich Bedford-Strohm, président des Églises évangéliques d'Allemagne.

Prière pour la paix avec la Communauté Sant’Egidio

Prière pour la Paix avec la communauté Sant'Egidio

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres, la libération des prisonniers, la vue aux aveugles, la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Lecture de la Parole de Dieu Luc 18,35-43

Or il advint, comme il approchait de Jéricho, qu'un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait. Entendant une foule marcher, il s'enquérait de ce que cela pouvait être. On lui annonça que c'était Jésus le Nazôréen qui passait. Alors il s'écria : " Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! " Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire, mais lui criait de plus belle : " Fils de David, aie pitié de moi ! " Jésus s'arrêta et ordonna de le lui amener. Quand il fut près, il lui demanda : " Que veux-tu que je fasse pour toi ? " - " Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue ! " Jésus lui dit : " Recouvre la vue ; ta foi t'a sauvé. " Et à l'instant même il recouvra la vue, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme est venu pour servir. Que celui qui veut être grand se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus est presque arrivé au terme de son voyage. Il n'est pas loin de Jéricho, la dernière ville avant Jérusalem. L'évangéliste semble vouloir anticiper son entrée dans Jérusalem. A la porte de la ville, un aveugle demande l'aumône (l'Évangile de Marc rappelle son nom, Bartimée). Celui-ci, en entendant du bruit, demande ce qui se passe. On lui « annonce » que Jésus de Nazareth est en train de passer. Cet homme a besoin que quelqu'un lui parle de Jésus ; seul, il ne voit pas. Nous avons tous besoin que quelqu'un nous parle de Jésus, parce que nous sommes si concentrés sur nous-mêmes et sur nos petites affaires que nous sommes comme aveuglés. Ce n'est pas seulement parce que nous avons du mal à lever les yeux de notre personne, mais aussi parce que, sans l'Église pour nous parler de Jésus, nous n'arrivons pas à le voir. Ce jour-là, cet aveugle a compris que Jésus passait tout près et qu'il pouvait le guérir. C'est pourquoi il se met aussitôt à prier, ou plutôt à crier. C'est une prière simple, criée justement mais vraie parce que fondée sur son besoin de recouvrer la vue : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! ». Malheureusement, comme c'est souvent le cas aujourd'hui, la foule essaie de le faire taire, peut-être pour ne pas importuner le maître qui ne pouvait perdre son temps avec quelqu'un d'aussi insignifiant. Mais cet aveugle crie, ou plutôt prie encore plus fort : « Fils de David, aie pitié de moi ». Jésus s'arrête et se fait amener cet aveugle. Ils sont maintenant l'un en face de l'autre. Jésus voit au-delà de ces yeux fermés à la lumière et il arrive jusqu'au coeur. Il l'interpelle. Un dialogue se noue entre lui et l'aveugle. Oui, la rencontre personnelle est indispensable pour que les yeux de cet aveugle s'ouvrent, pour que nos coeurs soient guéris de leur cécité, pour que l'âme des disciples s'ouvre au salut. C'est à travers cette rencontre directe entre nous et Jésus que s'accomplit la guérison. Jésus, comme pour honorer son initiative, dit à cet aveugle : « Retrouve la vue ! Ta foi t'a sauvé ». L'aveugle commence à voir et voit aussi avec les yeux du coeur : il se met à le suivre. Il ne reste pas seul pour profiter de sa guérison. Non, il comprend qu'il doit participer à la guérison du monde afin que les hommes voient la miséricorde de Dieu et se convertissent à lui. Cet aveugle devient l'image du croyant, de celui qui reconnaît sa cécité, qui prie avec foi le Seigneur et qui se laisse guérir jusqu'à se mettre à la suite du maître. C'est un exemple pour nous tous.

Jésus «nous invite nous aussi à nous "faire autres", à aller vers les autres. Plus nous serons attachés au Christ, plus nous serons ouverts et "universels", parce que nous nous sentirons responsables des autres. Et l’autre sera la voie pour se sauver soi-même: chacun, chaque être humain, quel que soit son histoire et son credo. À commencer par les pauvres, les plus semblables à Jésus»

1603211338328.JPG

À l'issue de la rencontre pour la paix organisée ce mardi 20 octobre à Rome, un appel à la paix des leaders religieux a été lu et a été remis par des enfants aux ambassadeurs et aux représentants politiques des diverses nations du monde. Voici le texte intégral de cet appel.

Rencontre internationale de prière pour la paix​​​​​​​