Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

30/ Laïcité, humanisme et amour


Ayant pris connaissance de la charte de la laïcité, présentée par le ministre de l'éducation nationale,  j'ai pensé à l'ouvrage de l'un de ses prédécesseurs, Luc Ferry, intitulé "La révolution de l'amour", paru en 2010,  avec comme sous-titre "pour une spiritualité laïque". Et je ne pouvais éviter d'établir un rapport entre ce code de valeurs républicaines et cette affirmation d'une spiritualité indissociable de la laïcité.

 

Certes, la charte, rappelant  la séparation des religions et de l'Etat, ne prétend pas tenir un discours philosophique ou à teneur spirituelle, mais plusieurs articles sur les convictions ou signes religieux ont une tonalité restrictive dont l'insistance réduit le champ de la laïcité.

 

Or celle-ci, pour Luc Ferry, peut contribuer au projet d'un nouvel humanisme dont le socle est l'amour. Mais voila que dans ce projet, le philosophe se détache de la religion pour laisser place à une spiritualité constitutive de l'existence humaine et en seule référence à la conscience et à la subjectivité. La laïcité prend alors une ampleur bien éloignée du cadre de la seule charte.

 

Si aucune tradition religieuse n'a le monopole de la spiritualité, peut-on cependant parler d'elle - jusque dans le sens et la portée du terme - en excluant les religions ?

 

Je rappellerai simplement, et nous avons le droit de dire, sans avoir attendu ce jour, que le christianisme et sa "charte évangélique" sont fondés sur la liberté et l'amour. Aucune récupération dans ce propos ni opposition à l'expression actuelle de la laïcité mais le simple constat que ce christianisme, jusque dans ses contrastes, a transmis à l'humanité un message universel d'espoir et de paix et révélé à chacun sa plus profonde dimension spirituelle.    

 

 

 "L'évidence crève les yeux au point de nous aveugler : c'est l'amour qui donne du sens à nos vies..." écrit Luc Ferry. Mais déjà en 1931 le jésuite Pierre Teilhard de Chardin affirmait : "L'Amour est la plus universelle, la plus formidable et la plus mystérieuse des énergies cosmiques... Socialement, on feint de l'ignorer dans la science, dans les affaires, dans les assemblées, alors que subrepticement il est partout". Et pour lui, la source de cet amour était Dieu, omniprésent dans le monde.