Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

3ème billetSchemas_de_Paques_a_Pentecote-3-def60.jpg Le cycle pascal

 

Cette année, huit semaines séparent le cycle de Noël du cycle pascal. Celui-ci commence le mercredi des Cendres (5 mars 2014) et se termine le jour de la Pentecôte (8 juin); il est constitué de deux temps bien différents mais résolument complémentaires : le carême et le temps pascal, le premier étant la préparation du second.

 

Un peu d’histoire…

Ce n’est qu’au II° siècle qu’apparaît la célébration annuelle de la fête de Pâques ; elle va progressivement s’augmenter d’un temps de préparation (le « triduum » - du Jeudi Saint au jour de Pâques - puis le carême), puis de sa « cinquantaine joyeuse » (du jour de Pâques à la Pentecôte) pour aboutir, au VIII° siècle au cycle que nous connaissons aujourd’hui.


Orienté vers la célébration de Pâques, le carême s’est mis progressivement en place d’abord pour permettre la préparation des catéchumènes à leur baptême célébré pendant la nuit pascale, puis celle des pénitents à la réconciliation solennelle qui avait lieu le Jeudi Saint ; et tout le peuple chrétien est invité à accompagner ces démarches par le jeûne, l’aumône et la prière.


L’usage de la langue latine, le développement du baptême des petits enfants, qui entraîne la quasi disparition des baptêmes d’adultes, et les changements apportés au sacrement de pénitence vont progressivement modifier les pratiques. Les fidèles laïcs désertent les célébrations de la Semaine Sainte et la vigile pascale n’est plus célébrée. C’est le pape Pie XII que les remettra à l’honneur en 1951 pour la vigile pascale et en 1955 pour le triduum.

 

Mais la dynamique du carême reste la même :  retourner à la source de la foi par la pratique du jeûne - au sens large -, de la générosité et de la prière pour prendre conscience de nos manques par une attention plus grande aux autres et la contemplation du Christ, non seulement dans ce qu’il dit, mais aussi et surtout dans ce qu’il fait. Les évangiles des dimanches de l’année A dans laquelle nous sommes reprennent les textes proposés dans l’Eglise primitive pour la formation des catéchumènes.


Les célébrations de la Semaine Sainte constituent l’ultime préparation à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne qui affirme qu’après sa mort sur la croix pour le salut du monde, le Christ est ressuscité.


« Christ est ressuscité ! ».
C’est la grande acclamation pascale… Elle va durer 50 jours, jusqu’à la Pentecôte, fête qui clôt le cycle pascal. C’est ce jour-là que l’on éteint le cierge pascal qui a accompagné toutes les célébrations pendant le temps pascal pour symboliser d’une manière spécifique la présence du Christ. Ce jour est considéré comme celui de la naissance de l’Eglise.


Dix jours avant la célébration de la Pentecôte, est célébrée la fête de la montée de Jésus au ciel, la fête de l'Ascension du Christ ; apparue vers la fin du IIIe siècle elle ne s'est généralisée que dans le dernier quart du IVe siècle, entre 375 et 400,  se distinguant alors de la fête de la Pentecôte  avec laquelle elle fut d'abord confondue.


Pendant ce temps pascal, c’est la joie qui domine. Jésus, le Christ, par sa mort et sa résurrection, a pris sur lui tous nos péchés pour nous en libérer et nous rendre aptes à annoncer l’Amour de ce Dieu qui a donné son Fils.

 

Sabine Laudenbach