Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 

Premier Billet  : L’année Liturgique

 

annee

 

Année civile, année scolaire, année pastorale, année liturgique… On a le choix ! Selon notre type d’activité, on se réfère à l’une ou à l’autre… L’année civile et l’année liturgique couvrent douze mois, mais ce ne sont pas les mêmes ! L’année pastorale et l’année scolaire n’en couvrent que dix (de début septembre à fin juin) mais là, ce sont les mêmes… Et, le 11 octobre 2012, le pape Benoît XVI a ouvert l’Année de la Foi qui se terminera le 24 novembre 2013...Un peu plus de treize mois ! Comme on dit, il y a de quoi y perdre son latin…! 

 

L’année liturgique commence le premier dimanche de l’Avent (4 semaines avant la fête de Noël) et se termine par la fête du Christ Roi le dimanche précédent le début de l’Avent.

 

Cependant, il ne faut jamais perdre de vue l’événement fondateur de la foi chrétienne : la mort et la résurrection du Christ. C’est ce Christ, mort et ressuscité, et seulement lui, que nous célébrons chaque dimanche dans nos assemblées chrétiennes. 

L’épicentre de l’année liturgique est donc constitué par le Triduum pascal (jeudi, vendredi et samedi Saints), qui célèbre le mystère pascal dans son entier, mais tout le reste de l’année le déploie selon un programme qui tient compte des limites de la capacité humaine à entrer dans le mystère : le Christ est venu, il est mort, il est ressuscité, il reviendra dans la gloire.

Entrer dans ce mystère, c’est aussi entrer dans le temps de Dieu, l’éternité ; et, ce faisant, nous entrons dans le Royaume de Dieu, déjà là et pourtant toujours en devenir, Royaume d’Amour, de Justice et de Paix qui nous est donné par le Dieu trinitaire et que nous avons sans cesse à construire avec Lui. 

 

C’est ce mystère que, chaque année, l’Église propose aux chrétiens de vivre, sur 12 mois.

Ce n’est qu’au VIII° siècle qu’est fixé l’essentiel de l’année liturgique telle que nous la vivons aujourd’hui. Elle s’articule autour de deux grands cycles : le cycle pascal (carême et temps pascal) et le cycle de Noël (de l’Avent au baptême du Christ) ; entre les deux, prend place ce que l’on appelle le temps “ordinaire” que l’on a tenté, en vain (et c’est bien dommage), d’appeler le “temps de l’Eglise”. 

 

Le cycle de Noël est un temps d’espérance joyeuse ; le cycle pascal est celui de la foi ; et le temps de l’Eglise nous conduit à la charité. La foi, l’espérance, la charité…indissociables les unes des autres, “mais la plus grande des trois, c'est la charité.” nous dit Saint Paul (I Cor, 13, 13)

 

L’objet de ces billets liturgiques, qui seront proposés au cours de cette année pastorale, est de voir comment vivre, manifester et intégrer les particularités de ces différents temps dans la dynamique de nos célébrations liturgiques.

 

Sabine Laudenbach