Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

photo mgr Dupleix Mgr André Dupleix

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris

 

01/Bonne année !

 

Même si les vœux que nous nous adressons ces jours-ci gagneraient à être formulés en permanence, chaque jour de l’année, il est  bon de marquer ce temps particulièrement, à condition de mettre en chaque mot employé le plus de sincérité possible.

 

Certes, notre  vocabulaire reste pratiquement le même et nous devons rivaliser d’imagination pour parler d’autre chose que de vœux, de souhaits, de santé, ou d’une bonne et sainte année… Mais, au fond, qui nous dit que ces mots simples et inlassablement répétés ne peuvent,  en cette occasion, traduire un véritable élan du cœur, un authentique sentiment d’affection et de bienveillance ?

 

Les mots les plus usités peuvent se charger, lorsque nous le voulons bien, d’une densité humaine et spirituelle inattendues. La simplicité rend à l’existence ce que le moindre rayon du soleil donne aux choses en apparence les plus insignifiantes de la nature. Chacune d’elles devient unique et le reflet,  en un instant, de toute la beauté du monde.

 

Bonne année donc à toutes et à tous, avec le souhait que ces premiers jours soient un recommencement, parmi tant d’événements  qui peuvent nous accabler et nous laisser un arrière-goût de déception ou d’échec.

 

Bonne année, où puissent dominer la paix intérieure, le désir d’aimer davantage, d’aimer mieux, en nous attaquant de toutes nos forces aux racines de la haine et du mensonge, de la discrimination et de l’égoïsme, de la perfidie et de la perversité.

 

Bonne année, jusqu’aux limites du possible, pour ceux et celles qui vivent ces jours dans le deuil, l’épreuve morale ou le sentiment d’être abandonnés. Il y a mille façons d’être à leurs côtés mais il suffit parfois d’un geste que l’on aura hésité à faire, d’une initiative qu’empêchaient jusque là notre indifférence ou notre orgueil.

 

Dieu ne peut se passer de nous pour faire fructifier cette terre nouvelle, toujours à notre portée si nous en prenons les moyens. Ne renvoyons pas constamment à demain ou à l’au-delà ce que nos cœurs, nos intelligences et nos mains, peuvent réaliser, jusque dans les situations les plus périlleuses.

 

Bonne année, dans la lumière de cette éternité qui coule en nos veines. Tous les paris et les défis sont possibles au nom de l’Amour…