Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 Jean-XXIII.jpg

 

Jean-paul-II.jpg

 

Le Vatican l'a annoncé officiellement, c'est le 27 avril prochain que seront canonisés Jean XXIII et Jean-Paul II. Ce premier dimanche après Pâques est aussi un jour centré sur l'annonce de l'inépuisable miséricorde du Seigneur.

 

Lors de son premier consistoire ordinaire public, le 30 septembre 2013 au Vatican, le pape François a annoncé que la canonisation de Jean XXIII (1958-1963) et de Jean-Paul II (1978-2005) aurait lieu le 27 avril 2014, fête de la Divine miséricorde. Cette cérémonie devrait attirer des foules importantes à Rome, ces papes étant tous deux particulièrement populaires.

 

Jean-Paul II sera ainsi canonisé en un temps record, 9 ans seulement après sa mort, notamment parce que Benoît XVI avait choisi de ne pas tenir compte du délai obligatoire de 5 ans pour ouvrir la cause de béatification et de canonisation de son prédécesseur.

 

Quant à Jean XXIII, il sera canonisé sans qu’un miracle ait pu être officiellement attribué à son intercession. Cette procédure simplifiée à laquelle le pape François a eu recours est rarissime dans l’histoire récente.

 

Le dimanche de la Miséricorde est une date importante : Jean Paul II avait instituée cette fête pour toute l’Eglise en l’an 2000 lors de la canonisation de sœur Faustine Kowalska. Il est lui-même mort dans la vigile de cette fête en avril 2005.

 

Le pape François insiste fortement sur la miséricorde du Seigneur : dès l’homélie de sa première messe, dans la petite église Sainte-Anne du Vatican, il disait : « Le Seigneur ne se lasse jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous lassons de lui demander pardon. »

 

Dans le Petit Journal où sœur Faustine Kowalska a consigné les messages reçus du Christ, on peut lire : « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, je désire qu'elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques. Le genre humain ne trouvera pas la paix tant qu'il ne se tournera pas vers la source de ma Miséricorde. » (§ 699).