Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

photo mgr Dupleix Mgr André Dupleix

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris


02/ Chercher l’étoile…

 

La récente fête de l’Épiphanie, appuyée sur la visite des mages  à Bethléem, révèle à sa manière la dimension et la mission universelles du christianisme. Car ces mages, « venus d’Orient », dont rien ne précise dans le récit évangélique qu’ils sont rois – les seuls rois mentionnés étant Hérode-le-grand et « le roi des juifs qui vient de naître » – sont bien le signe du déploiement de la lumière divine jusqu’aux extrémités de la terre, peuples et races confondus.

 

Ce qui a toujours retenu mon attention dans cet évangile de l’Épiphanie, c’est l’importance de l’étoile, quatre fois mentionnée et non sans raison… Les mages - plus sages que magiciens – ne font pas apparaître l’étoile. Ils la découvrent et la suivent jusqu’à l’humble lieu de la naissance de Jésus. Lumière et simplicité. Lumière venue de la simplicité.

 

La quête de l’étoile ou des étoiles n’a jamais cessé. L’humanité, dans sa grandeur et sa fragilité, continuera toujours de défier le ciel et les étoiles. Jamais nous n’arrêterons de chercher l’étoile, malgré tous les revers ou toutes les désillusions possibles. Mais quelle est cette étoile ? Où est-elle cette étoile ? Est-elle enfouie dans les douleurs de la terre ou bien est-elle indiquée à la terre pour que celle-ci surgisse de toutes ses forces et s’ouvre à Celui dont elle est issue ?

 

Christian Bobin,  dans son beau petit livre  Ressusciter, écrit : « Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne puissent jamais la ternir ». Or le message de l’Épiphanie nous dit aussi que cette étoile qui brille au cœur de Dieu vient briller tout autant au cœur des hommes. Je pense à saint Augustin avouant dans les Confessions : « Tu étais au-dedans et je te cherchais au dehors… » N’avons-nous pas avec le ciel un échange de lumière… ?

 

Merci aux mages de nous permettre ce pèlerinage intérieur. Et si la célèbre fève, cachée dans ce que l’on pourrait également appeler la « galette des mages », rappelait aussi cette étoile scintillant au plus secret de notre cœur ? Et si la couronne solennellement placée sur la tête des heureux élus devenait alors un signe, non plus de puissance temporelle mais d’une autre mystérieuse et immédiate grandeur ?