Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

monseigneur-andre-dupleix-a-gauche-ici-en-2012-aux-cotes 16

Mgr André Dupleix  

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse

Délégué épiscopal à la formation des laIcs

Tel : 05 59 06 54 93

Courriel : a.dupleix@free.fr

 

27/ De la bienveillance

Il ne me semble pas inutile de nous interroger, dans les multiples responsabilités que nous pouvons avoir ou tout simplement dans la vie quotidienne, sur la nécessité d'avoir le plus de bienveillance possible dans nos rapports avec les autres. La bienveillance, d'après la définition du  Petit Robert, est le "sentiment par lequel on veut du bien à quelqu'un".

 

Ce n'est point un discours moralisant ou un souhait utopique ou naïf, de rappeler cela. Le bien fait partie des valeurs essentielles de notre civilisation et de nos sociétés. Vouloir le bien, faire le bien, c'est participer concrètement à la réalisation d'un monde où ne dominent pas la violence, le mépris et la suspicion permanente. La bonté, loin d'être une faiblesse ou une attitude démobilisante, est une force et une réserve considérable de clairvoyance et de perspicacité, jusque dans les relations difficiles ou les liens, même fragiles, que nous tissons au long de notre existence.

 

La bonté est structurante. Elle n'exclut ni la lucidité ni la capacité à s'opposer ou à exiger la vérité. Elle conduit d'abord à désamorcer la méfiance et les jugements à priori que nous pouvons porter sur l'autre. Dans ce domaine et à tous niveaux, personnel et institutionnel, l'apport du christianisme, par son appui constant sur l'Evangile et l'enseignement de Jésus, est incontestable.  "Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés; ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés..." (Lc 37)

 

Saint Paul insistera beaucoup dans ses lettres sur l'absolue nécessité de conformer les actes aux paroles :"Revêtez donc des sentiments   de compassion, de bienveillance, d'humilité, de douceur, de patience" (Col 3,12). "Ne faites rien par rivalité, rien par gloriole, mais avec humilité considérez les autres comme supérieurs à vous" (Ph 2,3).

 

J'aime citer ces paroles du Père Teilhard de Chardin  : "Si j'ai acquis une conviction, ces derniers temps, c'est que, dans les rapports avec autrui, on ne saurait jamais être trop bon et trop doux dans les formes; la douceur est la première des forces, et la première peut-être des vertus, parmi celles qui se voient".  

 

 

Alors, la bienveillance ? Un défi permanent et parfaitement réalisable...