Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

20/De quel Dieu parlons-nous ?

 

J’entendais, dans une récente et tardive émission de télévision, un éminent journaliste, écrivain de surcroît, faire état de ses convictions religieuses mais en se réclamant d’un christianisme n’ayant plus grand-chose à voir ni avec ses origines ni avec ce qui en fait la singularité. Peut-on se dire chrétien sans faire une seule fois référence à Jésus ?

 

L’aspect le plus paradoxal était de reconnaître le rôle positif des religions, leur place et leur impact possible dans le développement des sociétés mais à la condition qu’elles se contentent de représenter, voire de  gérer, avec leurs différences culturelles,  un fond spirituel diffus ou ce rapport à l’infini et à l’absolu qui caractérise l’existence humaine.

 

Une telle conception du religieux, que l’on peut qualifier de panthéiste, n’empêche certes pas une authentique expérience spirituelle qui, dans les meilleures conditions, conduirait à dire : « Dieu est partout, je le perçois dans le monde, dans  la nature ou dans les  autres et je ressens comme une aspiration vers l’illimité »... Face à quoi le christianisme affirmerait plutôt : « Dieu est présent, il s’est manifesté par Jésus le Christ, il me rencontre dans le monde ou dans les autres et me communique une force d’amour et un profond sentiment d’espérance »…

 

Libre à chacun bien sûr d’exprimer sa spiritualité comme il l’entend pourvu que l’on évite de simplifier ou de dénaturer les grandes traditions religieuses, en particulier celles pour lesquelles Dieu, sans se confondre avec les énergies universelles, est en lien concret avec le monde et l’histoire.

 

En ce qui concerne le christianisme, que de schémas éculés, d’images réductrices, d’a priori culturels ont été et continuent d’être véhiculés ! Cela, par méconnaissance de l’histoire, du message évangélique ou de la contribution objective des chrétiens, au nom de leur foi, à tous niveaux de notre société.

 

De quel Dieu parlons-nous ? Dieu n’appartient à personne et nul ne peut à lui seul en parler de façon décisive. Mais si la question de Dieu est plus que jamais l’objet de débats, souhaitons que ceux-ci respectent au moins ce qu’en disent sérieusement les religions, dans la densité spirituelle et mystique de leurs traditions.