Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 

photo mgr Dupleix Mgr André Dupleix

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris


03/Décalages …

 

Il est difficile de ne pas prendre en compte l’immense manifestation de ce 13 janvier, réunissant les opposants au « mariage pour tous », malgré la volonté évidente d’en minimiser les conséquences tout en lui reconnaissant sa « consistance ». Les décalages étaient nombreux dans les appréciations, tant entre les défenseurs et les opposants à la loi que chez les chrétiens et catholiques eux-mêmes.   

 

Plusieurs mouvements et collectifs chrétiens n’ont pas caché leur réticence tout en affirmant la nécessité « sur de telles questions, de réunions et colloques pour que chaque croyant fasse entendre son opinion ».

 

D’autres, radicalisant leur position dans le refus de la loi, tenaient à garder leur distance et à faire entendre leur différence vis-à-vis des organisateurs de la manifestation.

 

Un constat commun cependant : le débat nécessaire n’avait pas été rendu possible voire avait été confisqué. Pourtant les articles – tous bords et tendances réunis – se succédaient depuis plusieurs semaines, tout portant cependant à croire que c’était un peu tard.

 

Et que dire des combats de chiffres ! Dès dimanche soir le décalage était spectaculaire avec des écarts rarement atteints dans de telles manifestations : entre 340.000 et 800.000. Du jamais vu… Sauf peut-être en 1984, où le décalage, était encore plus net lors de la manifestation parisienne contre le projet de loi Savary : Deux millions selon les organisateurs, plus de 560.000 selon la police.

 

Je ne sais si la Préfecture de Paris aura revu ses comptages avant que ce billet, écrit au lendemain de la manifestation, ne passe dans la presse vendredi prochain mais, de toute façon, les faits sont là… La manifestation fut impressionnante, pacifique et remarquablement organisée, sans aucun débordement, portant surtout un démenti évident à l’accusation d’homophobie et permettant d’entendre la voix d’une très grande partie des français, respectueux de la République et de la démocratie, mais attachés à ce qu’il leur semblait être l’une de ses expressions fondamentales : la famille.

 

Décalages, sûrement… Expression forte d’un peuple, sûrement aussi. Expression qu’il serait risqué, voire périlleux de  ne pas considérer, au nom de l’unité nationale et du bien commun.