Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Et si on faisait un carême du mail ?


Le mail est un outil de communication qui a révolutionné nos modes de travail et de relation. Gratuit, rapide, souple, il a considérablement facilité nos échanges, favorisé le partage de l’information et multiplié nos contacts. C’est aussi un média relativement froid, qui laisse facilement place à l’incompréhension et, parfois, à la perte de temps. Quelques conseils « évangéliques » pour bien utiliser sa messagerie au seuil de ce carême 2013…

 


« Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux » Mt 7, 12 
Ecrire poliment (bonjour - merci - s’il vous plait - à bientôt) et s’adresser personnellement à quelqu’un. 
Accuser réception (à un mail qui vous est personnellement adressé). 
Ecrire brièvement et clairement (d’autant que les messages se multiplient). 
Placer un objet à son envoi (très utile pour les recherches ultérieures). 
Ecrire à un destinataire pour action, placer des personnes en copie (si besoin) pour information. 
Si grand est le nombre de destinataires, les placer en copie cachée (cci) pour éviter la capture des adresses. 
Réagir rapidement aux questions faciles et indiquer, si besoin, un délai de réponse pour des questions plus complexes. Accepter aussi que son interlocuteur ait besoin de quelques temps pour répondre. 
Ne pas multiplier le nombre de mails sur un même sujet, ni le nombre de sujets sur un même mail. 
Evaluer la pertinence de répondre, ou non, « à tous ». 
Ne pas écrire en capitales (car c’est le signe du cri ou de la colère). 
Devant une phrase équivoque, ne pas présupposer la pire interprétation… 
Une lettre postale a toujours plus de poids qu’un mail… 

 



« Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute » Mt 18,15 
Autant que possible, régler les situations délicates de visu ou de vive voix. 
Eviter les reproches par mail, a fortiori si le mail est collectif. 
Si le cas se présente, écrire à la première personne du singulier « je suis gêné quand », « j’ai une difficulté si » plutôt qu’avec la seconde « tu + suivi du reproche » (principe de la communication non-violente). 
Ne jamais écrire sous le coup de la colère. 

 



« Quand vous dites ’oui’, que ce soit un ’oui’, quand vous dites ’non’, que ce soit un ’non’ » Mt 5, 37 
Ecrire simplement, en évitant les digressions et les sentiments. 
S’il y a place pour de l’humour, le noter de façon explicite : un smiley ou ainsi =) (sourire) ;) (clin d’œil) 

 



« Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu » Mt 10, 26 
Ecrire toujours comme si 1. Son message venait à être transféré. 2. Sa boîte pouvait être piratée 3. en se trompant de destinataire, le message partait à la personne évoquée dans le corps du message. 
Cela dit, une conversation privée est destinée à le rester : ne pas transférer habituellement un mail privé à un tiers. Ne pas ajouter des personnes en copie, en cours de conversation. Ne pas répondre « à tous » si je suis en copie cachée. 

 



« L’homme sort pour son ouvrage, pour son travail, jusqu’au soir » Ps 103 
Eviter d’écrire à des heures trop tardives, ou dans des états de fatigue avancée… 
Prendre le temps de la réflexion avant de réagir « à chaud » sur une situation délicate. 

 



« Mais le 7e jour est le jour du repos » Ex, 20 - 9 
Eviter de consulter son mail pro, et plus encore d’écrire, le dimanche. Une vraie coupure est bienfaisante pour l’émetteur comme pour ses destinataires (le dimanche pour les chrétiens et aussi le lundi pour les prêtres…).

 

 Source