Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Christ Roi C 190E-2

 

Rappel du temps liturgique

 
Nous fêtons le Christ Roi de l’univers, dernier dimanche de l’année liturgique C pendant laquelle nous avons entendu l’évangile selon saint Luc. Dimanche prochain, nous commencerons une nouvelle année liturgique, l’année A, consacrée à l’évangile selon saint Matthieu. L’année s’ouvre par le temps de l’avent qui prépare Noël.


Acclamation de l’Evangile
Alléluia !


Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (23, 35-43)

 
On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Elu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. » Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »


Pistes de réflexion

 
Plusieurs fois les foules ont demandé à Jésus de devenir roi mais il a toujours fui. Et voilà que juste avant sa crucifixion, devant Pilate, Jésus accepte de se reconnaître roi alors qu’il est à moitié nu, ensanglanté, déchu (Lc 23,3).
« Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même » 
« Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même »
« N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! »
Trois fois Jésus est tenté de se sauver lui-même, comme il a été tenté trois fois par le diable au désert. Mais Jésus veut avant tout la volonté de son Père, qui ne correspond pas à la logique des hommes. « Jésus » signifie « c’est Dieu qui sauve » et il reste « obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix » (Philippiens 2,8).
Jésus n’est pas un roi comme les autres : 
- Un roi est puissant et Jésus est agonisant. 
- Un roi est autoritaire et Jésus est obéissant. 
- Un roi porte une couronne en or et Jésus porte une couronne d’épines. 
C’est parce que Jésus est un roi d’amour, un amour qui accepte la souffrance, l’obéissance, l’humiliation pour sauver tous les hommes.
« Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis » Cette page d’évangile nous fait également découvrir le fameux bon larron, le premier saint du paradis. Sa prière, prière d’humilité et de confiance, a touché le cœur de Jésus qui lui ouvre les portes du paradis. Une fois encore, Jésus nous surprend en accueillant sans condition ce malfaiteur dans son royaume, et par-là nous invite à ne jamais succomber au désespoir devant nos mauvaises actions, mais à demeurer dans la foi et l’espérance en celui qui nous sauve, même au seuil de la mort.
Avec les enfants, demandons au Christ Roi de régner dans nos vies.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

 

Source : diocèse du Var