Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

19/ Les cibles chrétiennes

 

Comment ne pas avoir été profondément blessés dans notre cœur de croyants, mais aussi dans notre volonté de dialogue, par le massacre des chrétiens perpétré au Nigéria cette récente nuit de Noël ?

 

Certes, les auteurs sont des extrémistes appartenant au mouvement islamiste armé Boko Haram, dont l’idéologie, inspirée des Talibans, se réclame d’Al-Qaida au Maghreb islamique. Mais cela ne fait qu’attiser, hélas, un sentiment diffus de violence intérieure sinon de conviction qu’il y a une opposition frontale et quasi-insoluble entre le Christianisme et l’Islam.

 

Je ne puis, personnellement, accepter une telle simplification ou radicalisation des points de vue dont les conséquences nous conduisent à ne considérer les relations entre religions qu’en termes de rapports de force ou de suspicions réciproques. En percevant a priori les autres comme des adversaires ou des cibles, nous nous privons alors de tout ce que leurs traditions spirituelles peuvent nous apporter.

 

Le Concile Vatican II  nous a rappelé que « l’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent en beaucoup de points de ce qu’elle-même tient et propose, apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes »…

 

Mais il y a, aujourd’hui, ces tragédies, véritables épreuves pour tous les croyants de bonne volonté… N’hésitons pas à dire qu’elles sont le mauvais fruit des extrémismes de tous bords qui discréditent et affaiblissent toutes les religions y compris la notre. Face à cela, et en repoussant toute réaction de vengeance, puissions-nous redonner à notre amour ses capacités de résistance et de réconciliation.

 

Les évêques d’Afrique, lors de leur dernier synode, ont pu dire ces paroles : « Ne pensez pas que le pardon ne sert à rien et qu’il vaut mieux tenter la vengeance : le vrai pardon conduit à la paix qui va jusqu’à la racine du conflit et qui transforme les victimes et les ennemis de jadis en frères et sœurs »…