Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

monseigneur-andre-dupleix-a-gauche-ici-en-2012-aux-cotes 16
Mgr André Dupleix
Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Délégué épiscopal à la formation des laIcs
Tel : 05 59 06 54 93
Courriel : a.dupleix@free.fr

 

Lumière sur fin d'année

 

Cette dernière semaine de l'année, incluant la fête de Noël, nous fait réfléchir sur le rapport mystérieux entre la fin et le commencement. S'il y a, en effet, quelques ultimes jours où se succèdent bilans et regards rétrospectifs sur l'an passé, comment ne pas les éclairer aussi par la lumière qui enveloppe l'événement de la nativité et se déploie, à partir de ce moment historique, autant sur ce que nous venons de vivre que sur les temps à venir ?

 

Il est vrai que nous ne pouvons cacher une certaine inquiétude sur ce que sera demain lorsque nous mesurons combien nous maîtrisons de moins en moins le cours des événements, combien, de l’autre côté de la porte nous guette l’inattendu, l’imprévu, la perspective différente de celle que  nous avions envisagée.

 

La célébration de Noël marque le monde entier par son appel renouvelé à la paix, mais ne dissipe bien évidemment pas les violences et les drames qui nous éprouvent en permanence en tous points du globe.   

       

Cela ne peut cependant pas faire disparaître le fond de  confiance qui nous habite, souvent enfoui sous des gravats de difficultés de toutes sortes, de lassitudes ou de démissions. C’est alors que peut s’infiltrer, imperceptiblement, ce rayon de lumière qui  réchauffera quelque peu les terres froides de notre existence. Car le pas de l’an nouveau, même fatigué ou hésitant, nous fera  tout de même franchir un seuil de renaissance. Ce pas n’est-il pas fait, dans notre propre vie et en permanence, par Dieu lui-même ?

       

A chaque fin d’année, l’avenir semble se réduire et n'est pourtant  jamais aussi riche de promesses intérieures. La qualité d’une vie ne se mesure pas nécessairement à sa longueur mais à sa capacité de refléter l’infini, l’inexprimable, un peu comme dans ces jardins où l’on découvre d’un coup une fleur qui ne vit que quelques heures mais dont la vision nous fait basculer dans le monde sans limite qu’abrite notre cœur.

       

Le prophète Isaïe rappelle que "le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière; et sur les habitants du pays de l'ombre une lumière a resplendi" (Is 9,1)

 

 

Que la lumière brille sur cette fin d'année et que ces ultimes heures,  soient imprégnées de paix …