Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

ND

 


L’hymne officielle à l’occasion de la visite du Pape 

Paul VI fut le premier Pontife romain, après Saint Pierre, à se rendre en Terre Sainte.

Demain, le Pape François, comme tous ses prédécesseurs immédiats – de Paul VI à Benoît XVI – se rendra en Terre Sainte pour visiter les lieux de la naissance du Christ. Il sera accompagné du rabbin argentin Abraham Skorka, ami de longue date, et du professeur musulman Omar Abboud, président de l’Institut pour le dialogue interreligieux de Buenos Aires. L’initiative est historique puisque c’est la première fois qu’au cours d’un voyage apostolique la délégation du Saint-Père comprendra des représentants d’autres religions.

topic-copie-2

Pape François et le Rabbin Abraham Skorka

 

francis-bartholomew

Pape François et Omar Abboud

 

Annonce du voyage par le pape François, Noël 2013.

« Dans le climat de joie, typique de ce temps de Noël, je désire annoncer que du 24 au 26 mai prochain, s’il plaît à Dieu, je me rendrai comme pèlerin en Terre Sainte. Le but principal de ce voyage est de commémorer la rencontre historique entre le Pape Paul VI et Athénagoras, qui se fit exactement le 5 janvier 1964, il y a 50 ans. Il y aura trois étapes à ce voyage : Amman, Bethlehem et Jérusalem. Avec le Patriarche Bartholomée de Constantinople, nous célèbrerons une rencontre œcuménique au Saint Sépulcre avec tous les représentants des différentes Eglises chrétiennes de Jérusalem. Dès maintenant, je vous demande de prier pour ce pèlerinage». C’est avec gratitude et dans l’idée de préparer et d’accompagner cette visite que nous souhaitons nous rendre proches, comme frères et sœurs répandus dans le monde, de cet important pèlerinage, en demandant encore une fois le don de la Paix pour la Terre Sainte, en commençant par l’Eglise elle-même - par une Communion retrouvée - et pour le monde entier.

 

Que de toute la France monte vers le Prince de la Paix notre prière autour du pape François,
pour toutes les victimes des conflits qui traversent la planète,
et pour tous les acteurs de paix afin qu’ils gardent courage et espérance »

 

      Nuit-de-la-Paix.JPG

Que Marie, Mère de Jésus, nous aide à comprendre et à vivre tous les jours la fraternité qui surgit du cœur de son Fils, pour porter la paix à tout homme sur notre terre bien-aimée.

Chant-ND-de-la-Vallee-Heureuse.jpg

 

Evangile selon St Luc 2, 22-38

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.

Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.

Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.

Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :

 « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

 Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.

Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.

Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

 

    Temps de silence

 

Prière du Patriarche Athénagoras Ier de Constantinople : Il faut arriver à se désarmer

AthenagorasSmiling.jpg

Il faut mener la guerre la plus dure contre soi-même.

Il faut arriver à se désarmer.

J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible.

Mais je suis désarmé. Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur.                                  

Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison,

de me justifier en disqualifiant les autres.

Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses.

J’accueille et je partage.

Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets.

Si l’on m’en présente de meilleurs,

ou plutôt non, pas meilleurs, mais bons, j’accepte sans regrets.

J’ai renoncé au comparatif.

Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.

C’est pourquoi je n’ai plus peur. Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.

 

Si l’on se désarme, si l’on se dépossède,

si l’on s’ouvre au Dieu-Homme qui fait toutes choses nouvelles,

alors, Lui, efface le mauvais passé

et nous rend un temps neuf où tout est possible.

 

  Temps de silence

 

A la prière de Marie, accorde-nous Seigneur, la grâce de toujours te chercher.

Je vous salue Marie (chanté)

  

Prière pour gagner la paix du cardinal Etchegaray

etche.gif

 

Qu’il est difficile de gagner la paix ! Plus difficile que de gagner une guerre.

Qu’il est difficile d’être prophète de la paix !

 

Seigneur, donne-moi le courage de n’accepter que de Toi la rude vocation de prophète et d’être à tous coups perdant parmi les hommes !

    Temps de silence

Seigneur donne-moi l’adresse de bien expliquer que la paix n’est pas si simple que le cœur ne l’imagine, mais plus simple que la raison ne l’établit !

    Temps de silence

Seigneur, donne-moi la lumière pour découvrir les vraies racines de la paix, celles qui plongent jusqu’au cœur de l’homme réconcilié avec Dieu !

    Temps de silence

Seigneur, donne-moi la force d’aider ceux qui puisent la sève des Béatitudes à briser la logique absurde et la spirale infernale de la violence !

    Temps de silence

Toucher à la paix, c’est plus que toucher à un problème, c’est même plus que toucher à l’homme, c’est toucher à Dieu, à Celui que saint Paul nous présente comme étant lui-même la Paix (Ep 2, 14).

 

Seigneur, apprends-moi à gagner la Paix !

 Temps de silence

 

Marie, nous te présentons les demandes qui nous tiennent le plus à cœur,

car nous voulons rendre hommage à ta bonté et à ta puissance d’amour et d’intercession.

 

Je vous salue Marie (chanté)

 

 

Allocution du pape Paul VI le 6 janvier 1964

17ede6c20070504143802461.jpg

… Sans doute, d’un côté comme de l’autre, les voies qui mènent à l’union peuvent être longues et

semées de difficultés. Mais les deux chemins convergent l’un vers l’autre et aboutissent aux sources de l’Evangile : n’est-ce pas un bon augure que cette rencontre d’aujourd’hui se réalise sur cette terre où le Christ a fondé son Eglise et versé son sang pour elle ? C’est en tous cas une manifestation éloquente de la volonté profonde qui, grâce à Dieu, anime de plus en plus tous les chrétiens dignes de ce nom : celle de travailler à surmonter les désunions, à abattre les barrières : la volonté de s’engager résolument dans la voie qui mène à la réconciliation.

Ce qui peut et doit progresser dès maintenant, c’est cette charité fraternelle, ingénieuse à trouver de nouvelles manières de se manifester ; une charité qui, tirant les leçons du passé, soit prête à pardonner, encline à croire plus volontiers au bien qu’au mal, soucieuse avant tout de se conformer au divin Maître et de se laisser attirer et transformer par lui.

De cette charité, que la prière que Jésus-Christ nous a apprise en soit le symbole et l’exemple.

 

Ensemble disons la Prière des Chrétiens Unis

 

Notre Père

Vivre et espérer dans une situation sans espoir

Évêque Munib Younan  évêque de l’Église évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte depuis 1998.

 image_preview.jpg

Des gens me demandent si je suis optimiste ou pessimiste face à un conflit tellement complexe. Et je réponds toujours que je ne suis ni optimiste ni pessimiste, mais plein d’espérance. Mon espérance ne vient pas de Washington, Berlin, Londres ou Paris – elle vient du cœur de Jérusalem et du tombeau vide.

 

Le récit de Pâques, la puissance de la croix et de la résurrection qui s’est manifestée à Jérusalem est la seule source de notre espérance. Sur la Via Dolorosa, Jésus a rencontré toutes les forces obscures que nous connaissons aujourd’hui au Moyen-Orient. Il s’est sacrifié lui-même afin que nous puissions espérer et nous pouvons avoir confiance en sa puissance. 

 

Voilà la puissance de la croix aujourd’hui. Voilà l’espérance des chrétiens à Jérusalem et dans l’ensemble de la Terre-Sainte. Voilà la tâche de l’Église universelle : travailler avec amour et tendresse à protéger la vie et les droits humains de chaque nation. Aussi longtemps que l’Église du Christ en chaque terre, particulièrement en Terre-Sainte, assumera cette responsabilité dans l’esprit de Pâques, chaque croyant sera rempli d’espérance.

 

 Temps de silence

Marie, Témoin d'une espérance,

pour le Seigneur Tu t'es levée.

Au sein du peuple de l'Alliance,

Tu me fais signe d'avancer

toujours plus loin, toujours plus loin.

 

Pour tes enfants de l'an deux mille

Tu as des mots de vérité :

Jésus vous dit la route à suivre,

Ecoutez-le, vous revivrez !

 

Paroles de l’hymne officiel du séjour du pape François, écrites par Rabab Zeitoun

 

Avec toi nous avançons comme témoins du Christ

Répandant la lumière de la Parole en suivant François

    Temps de silence

Avec toi nous avançons comme Marie avec la lumière de la Nativité

Nous gardons l’alliance que nous avons obtenue dans l’eau du baptême

Et la Croix du Rédempteur, sa force, nous protège

Nous la portons en avant, bonne nouvelle pour les asservis.

    Temps de silence

Avec toi nous cherchons le visage du Rédempteur dans chaque être humain

Nous semons l’amour qui fleurit en joie, nous témoignons de la foi

Et l’Église de notre Rédempteur nous fortifie avec ses sacrements

Nous sommes nourris par eux et nous avançons immergés dans la foi.

    Temps de silence

Avec toi nous revêtons le manteau de la compassion parmi toutes les créatures

Nous devenons les apôtres de la paix parmi les nations de la Terre

L’évangile de notre Rédempteur est la lumière qui nous guide

Nous vivons de cette Parole et nous avançons en appelant à l’harmonie.

    Temps de silence

Avec toi nous faisons monter notre prière de la terre de la sainteté

Nous prions pour l’Orient qui souffre et a perdu sur son chemin

L’amour de notre Rédempteur nous préserve et nous enrichis

Nous nous en revêtons et nous avançons sur le chemin de la délivrance.

    Temps de silence

Avec toi nous chantons la résurrection et nous proclamons la vie

Témoignant de Pierre rencontrant son frère une nouvelle fois

Jésus notre Rédempteur nous invite à l’unité

Alors nous l’écoutons et avançons vers notre but qui est de le suivre

    Temps de silence

 

 

Ensemble, prenons la prière d’Antoine Chevrier

CHEVRIER_Antoine_08-3-b81ec.jpg

 

Ô Christ ! Ô Verbe !

Tu es mon Seigneur, et mon seul et unique Maître.

Parle, je veux t’écouter et mettre ta parole en pratique.

Je veux écouter ta divine parole

Parce que je sais qu’elle vient du ciel.

 

Je veux l’écouter, la méditer, la mettre en pratique,

 

Parce que dans ta parole, il y a la vie, la joie, la paix et le bonheur.

Parle, Seigneur, tu es mon Seigneur et mon Maître

Et je ne veux écouter que toi.

 

 

La Fraternité, Fondement et Route pour la Paix.

Message du pape François pour la célébration de la  Journée Mondiale de la Paix du 1er janvier 2014

 topic-copie-1

La fraternité a besoin d’être découverte, aimée, expérimentée, annoncée, et témoignée. Mais c’est seulement l’amour donné par Dieu qui nous permet d’accueillir et de vivre pleinement la fraternité.

 

Nous les chrétiens nous croyons que dans l’Église nous sommes tous membres les uns des autres, tous réciproquement nécessaires, parce qu’à chacun de nous a été donnée une grâce à la mesure du don du Christ, pour l’utilité commune (cf. Ep 4, 7.25 ; 1Co 12, 7). Le Christ est venu dans le monde pour nous apporter la grâce divine, c’est-à-dire la possibilité de participer à sa vie. Ceci implique de tisser une relation fraternelle, empreinte de réciprocité, de pardon, de don total de soi, selon la grandeur et la profondeur de l’amour de Dieu offert à l’humanité par celui qui, crucifié et ressuscité, attire tout à lui : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jn 13, 34-35).

 

Le Christ embrasse tout l’homme et veut qu’aucun ne se perde. Il le fait sans opprimer, sans contraindre personne à lui ouvrir les portes de son cœur et de son esprit. Toute activité doit être, alors, contresignée d’une attitude de service des personnes, spécialement celles qui sont les plus lointaines et les plus inconnues. Le service est l’âme de cette fraternité qui construit la paix.

 

 

Demandons de bien répondre à la voix de Dieu qui nous appelle et de dire avec Marie :

« Me voici, Seigneur » !

 

Ensemble

 

Seigneur Jésus,

Appelle au milieu de tes frères

Les vocations nécessaires

Pour la croissance de ton église

Et le salut du monde.

Qu’elles soient animées

Du feu ardent de ton Esprit-Saint.

 

Et toi, Marie,

Mère de toutes les vocations,

Reine des apôtres de Jésus,

Augmente en nos familles

Le respect et l’amour

De toutes les vocations.

Que ta prière en suscite de nouvelles :

Consacrées, sacerdotales, religieuses,

Missionnaires, diaconales…

 

Prends sous ta bienveillance,

O Marie,

Toutes les familles de la terre.

Que ton intercession guide

Tous nos frères séminaristes,

Nos frères et sœurs postulants et novices.

Qu’ils deviennent chaque jour davantage

Les serviteurs joyeux,

Amoureux du Christ,

Passionnés de son Evangile,

Attachés à son Eglise.       

Amen.

 

 

 

Apprends-nous, Seigneur,

à regarder avec tes yeux, tous les peuples de la Terre.

Aide-nous à y reconnaître chaque jour Ta présence,

afin d’y souligner l’espérance.

 

Apprends-nous, Seigneur,

à nous réjouir avec ceux qui connaissent la joie,

et à soutenir ceux qui sont dans l’épreuve.

Avec Toi, pour compagnon, notre cœur inondera le monde de Ta paix.

Père Luc Lesage,

Pax Christi Lille

 

Toi, Notre Dame, nous te chantons !

Toi, Notre Mère, nous te prions !

 

1.   Toi qui portes la vie, toi qui portes la joie,

Toi que touche l'Esprit, toi que touche la Croix.

 

Toi, Notre Dame, nous te chantons !

Toi, Notre Mère, nous te prions !

 

2.   Toi qui donnes l'espoir, toi qui gardes la foi,

Toi qui passes la mort, toi debout dans la joie.

 

Toi, Notre Dame, nous te chantons !

Toi, Notre Mère, nous te prions !

 

Bénédiction et prière de conclusion

Que la bénédiction du Dieu de paix et de justice soit avec nous ; Amen !

Que la bénédiction du Fils qui pleure les larmes de la souffrance du monde soit avec nous ; Amen !

Et que la bénédiction de l ‘Esprit qui nous porte à nous réconcilier et à espérer soit avec nous, maintenant et dans l’éternité. Amen !

 

 

 

      voyage-pape-terrre-sainte-2014.jpg

 

Pour qu’ils soient Un

 

La devise pour le pèlerinage est «Pour qu’ils soient un ». Le Saint-Père a insisté pour que le centre de son pèlerinage soit la rencontre avec le patriarche grec orthodoxe Bartholomée de Constantinople et les chefs des Églises de Jérusalem. Le pèlerinage a pour but de commémorer et renouveler l’engagement à l’unité exprimé par le Pape Paul VI et le Patriarche Athénagoras de Constantinople, il y a 50 ans à Jérusalem.

Cela illustre la volonté du Seigneur lors de la dernière Cène : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » (Jn  17, 20-23)

Le logo illustre également ce désir d’unité, représentant l’étreinte de saint Pierre et saint André, les deux premiers disciples appelés par Jésus en Galilée. Saint Pierre est le chef de l’Église de Rome et saint André est le chef de l’Église de Constantinople. À Jérusalem, dans l’Église-mère, ils s’embrassent. Les deux apôtres sont dans un bateau qui représente l’Église, dont le mât est la Croix du Seigneur. Les voiles du bateau sont gonflées de vent, le souffle de l’Esprit Saint, qui dirige le bateau alors qu’il navigue sur  les eaux de ce monde.

 

L’unité des chrétiens est un message d’unité pour toute l’humanité, appelée à surmonter les divisions du passé et à cheminer ensemble vers un avenir de justice, de paix, de réconciliation, de pardon et d’amour fraternel.