Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Chaque mercredi, un nouveau billet.

photo mgr DupleixMgr André Dupleix
Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris

 

23/Pour la paix...

 

Ils ont réussi à se rencontrer ce dimanche 8 juin. Shimon Peres et Mahmoud Abbas, invités à prier ensemble par le Pape François se sont même donné l'accolade et ont participé à ce qu'il est plus juste d'appeler, selon le Vatican, une invocation pour la paix. Mais pour un tel événement, historique et inédit, les termes importent peu. Ce temps privilégié, qui ne se voulait en rien médiation officielle mais plutôt "pause politique", fut un signe fort, un geste symbolique d'autant plus important que sur le terrain  les tensions se maintenaient et les raisons de croire en la paix semblaient bien ténues.

 

Il en sera probablement toujours ainsi. C'est la persévérance dans les convictions spirituelles et l'invocation au Dieu unique, dont le nom et la présence sont indissociables de l'amour, de la justice et de la paix, qui se manifesteront au cœur de la violence et des tragédies de l'humanité. Et l'inévitable question ne cessera de resurgir : Pourquoi, si Dieu existe et s'il est bon, laisse-t-il cette humanité se déchirer ? La réponse, même provocante, se maintient  : Parce que Dieu nous a créé libres et nous laisse libres. Libres de donner  la mort, libres aussi de nous opposer à toutes les forces de mort et de les détruire. Libres surtout, avec entre nos mains fragiles le trésor de la Bible et de l'Evangile,  de vouloir le bien et de tout faire pour qu'il triomphe...

 

Le Pape François affirmait : La prière peut tout. Utilisons-la pour porter la paix au Moyen-Orient et dans le monde entier ». Et le Patriarche Bartholomée,  présent à cette rencontre ainsi que des délégations non politiques, rappelait qu'avec l'aide de Dieu, nous pouvons arriver à des résultats ».

 

Comment ne pas souligner, par ailleurs, que si, quelques heures avant,   vingt chefs d'Etat, réunis en Normandie, célébraient tout autant la fin d'une guerre que la priorité de la paix pour le monde, la rencontre plus modeste de Rome eut lieu le jour de la Pentecôte... Le jour où les chrétiens célébraient, eux, la permanence du souffle de vie et de réconciliation transmis par l'Esprit de Dieu.

 

Rien n'empêchera ce souffle de se répandre. Quelques soient les obstacles. Pour un rétablissement des liens brisés. Pour la paix...