Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Le rassemblement 2012 du Mouvement chrétien des retraités du Béarn (MCR) à Arzacq, le 31 mai, fête de la Visitation de Marie, a connu son succès habituel par un temps idéal.


P1030113.JPG

Au matin, certains groupes s’étaient adonnés à la découverte du patrimoine du secteur.

L’heure du déjeuner sonnait le rendez-vous de la salle du Foyer rural où 175 convives avaient pris place pour un repas-traiteur très convivial.

Place ensuite à la spiritualité de l’après-midi dans l’église où nous nous retrouvions  à plus de 300 personnes.

Anne Soupa, théologienne venue pour nous de Paris, nous a enseignés sur « La Bonne Nouvelle selon Marie », assumant le lien spirituel avec la fête du jour. Une histoire qui débute par la venue de Jésus : transgression à la fois de l’ordre social – Marie est une jeune fille fiancée, enceinte hors mariage – et à la nature – Marie est vierge – . Malgré ces deux transgressions qu’elle doit surmonter, Marie accueille la promesse du plus profond d’elle-même. La venue de cet enfant est œuvre de Dieu. L’aventure de Marie est raccordée au projet de Dieu. S’appuyant sur le récit de l’Annonciation, Anne Soupa nous démontre que Marie est une figure collective d’Israël. Pour nous, chrétiens d’aujourd’hui, Marie est le modèle du croyant de toujours, puisque nous nous plaçons dans la continuité d’Israël.

La Bonne Nouvelle se manifeste à la Visitation et c’est toute l’Ecriture qui reconnaît Jésus, elle pousse à la justice par la puissance du chant de louange qu’est le Magnificat, elle se contemple à la crèche par l’adoration des mages, elle ne se possède pas lorsque Jésus se sépare de sa mère. Puis viennent les noces de Cana et enfin la Croix : Jésus accepte la mort par amour, Marie contemple cet amour, elle devient image de l’Eglise.

 

P1030118.JPG

La célébration eucharistique clôturait cette journée. Présidée par le Père Jean-Luc Morin, scj, celui-ci nous rappelait dans son homélie de la Visitation que lorsque l’enfant tressaille d’allégresse, le surnaturel s’énonce : au bout de la route, il y a Dieu. Dieu fait son entrée dans le monde parmi les hommes, Dieu le maître est tout proche. Marie ? en elle, Dieu sera présent à nous, nous ne serons plus jamais seuls. Marie nous fait la grâce d’une présence qui change tout, elle nous fait le cadeau de Dieu. Le Père Morin concluait par cette prière de St Michel Garicoïts : « Mes enfants, pratiquons cette piété …Ne nous contentons pas de croire, pratiquons ! Avec le Magnificat, nous serons toujours en paix ».

 

Jean Claude Cocuron