Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Retour sur le synode Mgr Ponthier et Mgr Vingt-Trois

 

La représentativité des pays au synode à Rome ne fait pas au nombre de chrétiens d'un pays mais au nombre de pays, tous les pays sont représentés.

Mgr Ponthier recommande la recherche de la juste attitude pastorale d'aujourd'hui qui soit chemin de proximité.

La communion sacramentelle n'est pas en opposition à la communion spirituelle mais cela mérite une réflexion sur les sacrements.

Est­-ce qu'être coupé d'un sacrement ferme la porte à tous les sacrements ?

Est­-ce que la situation matrimoniale remet en cause la vérité du baptême et de la vie sacramentelle ?

La miséricorde est au cœur de notre foi, il faut trouver un juste équilibre entre foi et miséricorde.

Lors des questions nous notons que plusieurs évêques demandent, que lors de synode, il y ait une communication organisée, ils regrettent de subir une médiatisation anarchique, et souhaitent un porte­parole : il faut « pouvoir mettre en lumière les acquis » et « ne pas laisser les couples enfermés dans des choses qui n'existent pas ». Mgr Di Falco pose la question « quelle communication » ?

Il y a plusieurs demandes de communication inter­diocésaine et des partages d'expérience

On note « la fidélité au sacrement reçu, le besoin de suivre Jésus Christ dans le mystère pascal et l'importance de s'ouvrir au pardon »

Un des premiers fruits du synode est de permettre aux familles de s'exprimer, de fait le mariage et la famille n'appartiennent plus à la sphère privée, c'est un très gros progrès.

Il n'y a pas de solution « romaine » à des difficultés personnelles. Il apparaît qu'on se soucie plus des autorisations légales que de conversion des cœurs.

La création d'un « centre d'unité de la foi » paraît indispensable pour qu'il y ait une articulation entre affirmation dogmatique et responsabilité pastorale particulière. Il y a nécessité à travailler dans les diocèses sur la théologie du mariage et au lien entre la foi et le mariage.

La famille ce n'est pas que le couple. Une famille c'est l'hospitalité, l'amitié, l'engagement, des enfants, des expériences.

La réalité familiale c'est soigner les blessures, réchauffer les cœurs, marcher dans la nuit.

Une autre question « pourquoi ne s'intéresse­-t­-on pas aux 8 millions de célibataires qui ont fait ce choix en France ? »

Mgr Aillet interroge « la loi est un idéal ou une norme ? », « la loi est inscrite au coeur de l'Homme ». « Il faut réconcilier la loi et la miséricorde. »

 

M.F.