Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Ste Marie (2)

Sainte Marie

 Remplaçant l’ancienne église tombant en ruines et objet de réparations incessantes, l’église actuelle remonte aux années 1860. Son nom est dédié au vocable de la vierge Marie. Il est en lien avec la création du bourg de Jurançon datant du treizième siècle, placé sous la protection de Marie. L’église ancienne était un édifice de forme indéterminée, n’ayant rien à voir avec la forme primitive car des éléments se sont ajoutés au cours des siècles (comme la sacristie, les chapelles de confrérie, les locaux utilitaires…). Cependant, on peut penser que, comme dans la plupart des églises villageoises, l’édifice n’a qu’une nef unique ; de plus, dans les textes anciens, il n’y a aucune mention des bas-côtés. Elle mesurait environ 25 mètres (contre 30 mètres aujourd’hui) et était parfaitement orientée. Les gravures anciennes nous montrent un clocher-mur ; il s’agit d’un mur pignon surélevé comportant à sa partie supérieure deux arcades pour l’emplacement des deux cloches. La nef de l’ancienne église devait être couverte d’un lambris, comme nous l’apprend un extrait du registre des sépultures : « le 17 août 1667, Monseigneur Pierre de Montaut, régent du présent lieu de Jurançon, est mort étant tombé dans l’église lorsqu’on faisait le lambris… ». Les textes nous laissent à penser qu’il y avait plusieurs chapelles dans l’église, certaines étant réservées à des confréries (Saint Sacrement, Rosaire, Sainte Catherine, Saint Marc).

interieur-autel.jpg

 

En mars 1794, durant la période révolutionnaire, l’église devient un local pour les réunions révolutionnaires auxquelles toute la population est conviée. Quelque temps plus tard un arrêté décide de démolir les autels et de vendre aux enchères les planches, armoires, bois dorés et non dorés. Cela rapporte 349 livres qu’on décide d’affecter à l’aménagement de l’église en Temple de la Raison. C’est en février 1795 que l’église retrouve son attribution au culte. Néanmoins, jusqu’en avril 1797, elle garde la double fonction de Temple de la Raison et d’Eglise.

 

interieur.jpg

 L’édifice connait de nombreuses intempéries et peu de réparations efficaces. Il faut attendre mai 1856 pour que le maire soumette au conseil municipal le plan d’une nouvelle construction (devis : 54.000 F, dont 10.000 F couverts par une subvention de l’Etat). Le conseil n’accepte pas ce projet tel quel, mais une refonte du réaménagement par un prolongement de l’église existante et un remodelage sur un nouveau plan. Le clocher est construit en 1858, en même temps que la façade Ouest et le grand portail. Les travaux de l’ensemble sont achevés en 1863. Comme pour Chapelle de Rousse, l’église devient un bien communal avec la loi de 1905. Les derniers gros travaux de réfection de l’intérieur de l’édifice remontent à l’automne 1999 (la paroisse prenant à sa charge le réaménagement du chœur et la remise en état de bancs - pour un coût de 510.000 Francs -).

 

 

Sources : Maurice CASSAING « Eclair Plus n° 58, février 1992 

Jean LOUBERGE « Quelques notes sur l’Eglise de Jurançon dans les siècles passés »