Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

monseigneur-andre-dupleix-a-gauche-ici-en-2012-aux-cotes 16

Mgr André Dupleix  

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse

Délégué épiscopal à la formation des laIcs

Tel : 05 59 06 54 93

Courriel : a.dupleix@free.fr

 

32/ Une journée missionnaire mondiale

 

Il y a tout au long de l'année des journées, voire des semaines,  consacrées à de grandes causes et dont le but est de nous mobiliser et de rappeler notre responsabilité face à certaines urgences au sein de nos sociétés mais aussi dans des perspectives à plus longue échelle dont la dimension religieuse n'est pas exclue.

 

Ainsi en est-il de la journée missionnaire mondiale de ce 19 octobre prochain. Peut-être n'est-il pas inutile de préciser, dans le cadre de l'Eglise catholique qui propose cette journée, ce que l'on entend pas mission et par mission mondiale. Le terme de mission est abondamment utilisé dans tous les domaines de la société. Des chargés de mission aux missions humanitaires, des missions ponctuelles aux missions à moyen ou long terme, il s'agit toujours de charges précises supposant une organisation, une disponibilité et un envoi.

 

Dans le christianisme la mission est immédiatement caractérisée par la l'annonce et la proclamation de la Bonne nouvelle pour le monde qu'est l'Évangile de Jésus le Christ. Cette Bonne nouvelle est indissociablement la connaissance de Jésus, par lui la connaissance de Dieu, et l'accès à sa Parole et à son enseignement. C'est ce que l'on appelle aussi l'évangélisation. Celle-ci ne s'impose pas. La Bonne nouvelle de l'Évangile est proposée aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui. A tous les peuples sans exception et dans tous les contextes culturels et sociaux de notre temps. Ce qui explique la dimension mondiale de cette journée.

 

Si le pape François a pu parler, dans son exhortation apostolique d'une "Joie de l'Évangile", c'est parce que cet Évangile est une source permanente et universelle de paix, d'amour et de réconciliation. Saint Paul osait écrire aux Corinthiens : "Annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile !" (1 Co 9,16).

 

 

Dans un monde où, par tous les moyens de communication et de diffusion que nous connaissons, la transmission des messages et des visions du monde s'accentue de jour en jour, les chrétiens sont responsables de cette Parole d'espérance et de joie, au service de l'humanité entière...