Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

photo mgr Dupleix Mgr André Dupleix

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris

15/ Vivre !

Que la résurrection du Christ, source et cœur de la foi, soit indissociable de la vie sous toutes ses formes, c’est une évidence pour l’ensemble des baptisés et même au-delà, jusque dans la prudence de ceux qui se contentent d’affirmer en parlant des disciples : « Ils disent qu’ils l’ont vu vivant ! »

 

Pourtant, la question qui demeure, y compris chez beaucoup de croyants, c’est bien : Et nous, dans notre vie quotidienne, comment sommes-nous associés concrètement à cette résurrection ? Marqués comme nous le sommes en permanence par la mort, mort physique ou morale, comment comprendre l’apôtre saint Paul lorsqu’il ose dire : « Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ce qui est en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu » (Col 3,1) ?

 

Je veux bien que nous recherchions ce qui est en haut, ou que nous espérions une vie éternelle dans l’au-delà, mais nous vivons dans ce qui est en bas et c’est dans cette existence marquée par les interruptions et les ruptures que nous restons assoiffés de vie et de stabilité et que nous levons les yeux vers ce qui nous semble souvent inaccessible.

 

Et si la résurrection du Christ, qui concerne bien sûr le terme de toute existence et de l’histoire, avait des effets immédiats ? Maintenant et sans attendre, toujours attendre. Si notre désir illimité de vivre, de vivre complètement, de vivre mieux, pouvait se réaliser en profondeur dès maintenant ? Car la présence du Christ, au monde et en nous, est le gage que la mort ne peut avoir en rien le dernier mot et que s’infiltre au plus secret de chacun cette source intarissable qui nous permet de vivre.

 

Vivre, de la vie même de Dieu,  non seulement au-delà mais en deçà de la mort, par toutes les énergies de notre amour et nos capacités à renaître, à reconstruire, à surmonter les épreuves.

 

Vivre, de la vie même de Dieu, parce qu’il ne peut que nous donner ce qu’il est de toute éternité.

 

C’est ce que dit, à sa manière, la sixième préface des dimanches dans la liturgie catholique : « dans cette existence de chaque jour que  nous recevons de ta grâce, la vie éternelle est déjà commencée ! »

 

Avons-nous bien compris ? A chaque instant, la vie éternelle est déjà commencée… Autre message de Pâques !