Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

40/ Un souffle de miséricorde...

 

 L'Église catholique va célébrer du 8 décembre prochain au 20 novembre 2016, sur l'initiative du Pape François, une année sainte appelée "jubilé de la miséricorde".  Mais d'abord, qu'est-ce qu'une année sainte ou un jubilé ? C'est, selon des rythmes réguliers, une année où les communautés chrétiennes sont invitées à réfléchir et à prier en insistant plus particulièrement sur un aspect important de la foi.

 

Dans le cas présent, et c'est la deuxième question, pourquoi un jubilé de la miséricorde ? Si nous nous plaçons dans la perspective du témoignage que doivent rendre les chrétiens, en fidélité au Christ et à l'Évangile, il est évident que la miséricorde est indissociable  de l'acte de foi et de ses conséquences dans la vie personnelle et publique des croyants. Parler de miséricorde, en ouvrant le grand angle incontournable de ce terme, c'est avant tout parler de l'amour et de la bonté infinie de Dieu. C'est aussi, nécessairement, parler de deux autres dimensions qui lui sont étroitement liées, à savoir le pardon et la réconciliation.

 

Pouvons-nous dire alors que ce rappel de l'importance que doivent avoir miséricorde, pardon et réconciliation, n' a jamais été aussi urgent qu'en ces temps et en ces jours où nous vivons tant de ruptures et de violences affectant non seulement nos vies quotidiennes mais l'ensemble de notre société et du monde ? Assurément.

 

Avoir de la miséricorde, savoir et pouvoir pardonner, être des hommes et des femmes de réconciliation ne sont pas des attitudes de capitulation ou de soumission mais le signe que nous pouvons, au contraire, affronter la violence et les conflits avec d'autres armes que la revanche ou la vengeance. C'est, sans renoncer à ses droits et à ses légitimes revendications, entrer dans une relation pacifique où l'on a tout à gagner en faisant prévaloir ce qui nous est encore commun et trop souvent enfoui sous des préjugés factices et des jugements partiaux.

 

Un souffle de miséricorde ? Oui, certainement. L'Évangile est tout entier dans ces paroles de saint Paul : "Le Seigneur vous a pardonné : faites de même.  Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait" (Col 3,12-14)

 

Le billet de Mgr Dupleix