Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

AntoineChevrier

 

En 1826, il naît à Lyon dans une ville en pleine mutation. Beaucoup de peurs agitent
la société et l'Eglise. L'expansion industrielle se répand, rive gauche du Rhône.
Antoine Chevrier, ordonné prêtre en 1850, est envoyé par son évêque
à Saint André de la Guillotière, faubourg aux conditions de vie déplorables.
Il y côtoie la misère.

En mai 1856, des inondations catastrophiques recouvrent le quartier.
Antoine Chevrier participe activement avec d'autres aux secours.
L'ampleur de la misère s'impose un peu plus à lui.

 

Dans la nuit de Noël 1856, la méditation devant la Crèche le bouleverse :
Dieu se fait pauvre et les hommes continuent à sombrer.
Il est gagné par une lumière particulière qui détermine sa vie de prêtre.

Il se décide alors à étudier l'Evangile et à suivre Jésus Christ de plus près
pour rester aux côtés des pauvres.

En 1857, il rejoint une cité d'urgence : la Cité de l'Enfant Jésus.
Très vite, il perçoit que la gestion prend le pas sur l'intérêt des enfants.
Lui, veut autre chose. En 1860, il achète une salle de bal : le Prado.
Dans cette maison il accueille régulièrement, durant 6 mois,
des enfants et de jeunes du quartier, dans le but de leur faire connaître et aimer Jésus,
avec eux et pour eux, il apprend l'annonce simple de l'Evangile,
tout en leur donnant les bases d'une formation humaine.

En 1866, il ouvre au Prado une « école cléricale »
pour permettre à des jeunes du peuple de devenir prêtres.
Il leur donne une formation apostolique au milieu des gamins du quartier :
une formation de prêtres pauvres pour les pauvres.
Ce sont les premiers pas de ce qui deviendra
l'Association des Prêtres du Prado.
Il associe aussi à cette œuvre de jeunes ouvrières et employées de maison.

Il leur propose une vie consacrée au Christ et aux pauvres.
Ainsi verront le jour les Sœurs du Prado.
Plus tard, des laïcs consacrés et des laïques consacrées, des diacres permanents
suivront le charisme du Prado avec un même amour pour les plus démunis.

Le 2 octobre 1879, le Père Chevrier meurt, âgé de 53 ans.

" Toute la Guillotière était là, surtout les pauvres et les ouvriers. C'était l'ami du pauvre peuple."