Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

 

 

photo mgr Dupleix Mgr André Dupleix

Recteur honoraire de l'I.C. de Toulouse
Professeur à l'Institut Catholique de Paris

 

17/ Transparence ?

 

Rarement le mot de transparence a été élevé à un tel niveau de débat, au point même de diviser une partie de l’opinion publique sur ce qui, pourtant, devrait faire l’objet d’un large accord de fond. Si transparence peut être en effet synonyme de vérité, il y a lieu tout de même de mesurer dans quelles circonstances cette transparence est invoquée et si, dans la radicalité de sa définition, elle peut s’appliquer toujours, partout et à la même échelle.

 

Tant qu’à décider de la pratiquer alors dans certains domaines plus sensibles, et pour éviter qu’elle ne soit réduite à un simple et stratégique effet d’annonce, n’y a-t-il pas à la revendiquer aussi dans bien d’autres secteurs de la vie publique ou institutionnelle dont beaucoup se sentent d’autant plus tenus à l’écart qu’ils ont l’impossibilité de faire entendre leur voix ?

 

Transparence ici, opacité là, rigueur ici, aménagements là, volonté de dialogue ici, décisions unilatérales là, je reconnais que la partie n’est pas facile. Pourtant l’intérêt général suppose qu’il y ait un minimum de cohérence et que les débats soient le plus largement ouverts sans être à la merci d’intérêts ou de réseaux souterrains qui, eux, ont toutes les chances d’échapper à la transparence.

 

 Certes, qui n’a pas ses zones d’ombre ou ses secrets jalousement préservés, tout en faisant un effort constant pour dénouer les tensions ou combats intérieurs au bénéfice final du bien commun ou d’un équilibre à maintenir sinon à retrouver ? La transparence personnelle ou collective demande un investissement constant et un courage permanent mais elle ne peut être réalisée qu’ensemble, tout en préservant cette part essentielle de liberté et de dignité personnelles sans lesquelles nous pouvons devenir de simples pions sur un échiquier.

 

J’entends aussi parler d’écrans de fumée… Rien n’est plus opposé à la transparence que la fumée ! Il y a donc tout à faire pour que nos volontés de transparence ne soient, paradoxalement,  des écrans de fumée masquant d’autres aspects qui gagneraient cependant à être mis en lumière. Fort heureusement, la fumée se dissipe et la lumière demeure. A plus ou moins long terme, c’est bien à cette lumière que  nos œuvres seront jugées.