Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Doyenné Pau-Périphérie

Sa Majesté la reine Elizabeth II du Royaume-Uni meurt à 96 ans

Cliquez pour accéder à la page spéciale Elizabeth II

 

L’éducation est plus qu’un métier, c’est une mission qui consiste à aider chaque personne à reconnaître ce qu’elle a d’irremplaçable et d’unique, afin qu’elle grandisse et s'épanouisse.

Saint Jean-Paul II

 

Le Saint du jour

Calendrier liturgique 2022

La vidéo du pape du mois de septembre

Ma prière quotidienne 

Lectures du jour

    

 

Vers Dimanche

  

Prier en chemin

Du 1er septembre au 4 octobre : Ecoutez la voix de la création

Cliquez pour accéder à la page spéciale

Synode en France : les regrets et l’espérance du cardinal Aveline

Cliquez pour accéder à la lecture de l'article

 

Retour sur la messe de béatification du pape Jean-Paul Ier

L'Église compte un nouveau bienheureux ! Le pape Jean-Paul Ier a été béatifié lors d'une messe présidée par le pape François sur la place Saint-Pierre.

Le Saint-Père a conclu son homélie en invitant la foule à reprendre une prière du pape Luciani : « Seigneur, prends-moi comme je suis, avec mes défauts, avec mes manquements, mais fais-moi devenir comme tu désires que je sois ».

Revoir la messe d'installation de Mgr Philippe Ballot, 104ème évêque de Metz, en la cathédrale Saint-Étienne de Metz.

Mgr Olivier Ribadeau Dumas, nouveau recteur-archiprêtre de la cathédrale Notre-Dame de Paris, a été installé ce dimanche 4 septembre.

                 

 

C'est l'heure de la rentrée

Cliquez sur la photo pour accéder au message de Mgr Aillet

 

Le presbytère Saint Joseph est en travaux

Avenue de l’Église Saint-Joseph, les aménagements ne concernent décidément pas que la voirie. Le presbytère Saint-Joseph, qui appartient à la paroisse du Christ Sauveur (celle du centre-ville), situé au 36, est en travaux depuis cet été. « Il s’agit d’aménagements intérieurs de mise aux normes. Ils permettront de loger des prêtres », explique l’abbé Dufau.

Source : La République

Le Centre diocésain du Béarn (CDB)

Ses vacances n’ont pas été, cette année, de tout repos puisqu’il a changé d’adresse. Donc dès la rentrée de septembre, ses trois services : Secrétariat général, Secrétariat de la Formation Permanente et Secrétariat de la Catéchèse avec son Service audiovisuel, seront désormais au :

  • Presbytère de l’église Saint Joseph, porte de droite, et son adresse sera :

Centre diocésain du Béarn

36 av. de l’église Saint-Joseph - 64000 PAU

 téléphone : 05 59 84 94 20,

adresse e-mail : secret.cdb@wanadoo.fr

 - Lundi, mardi, jeudi et vendredi avec Muriel : 9h-13h et 14h-18h30

 - Mardi, jeudi et vendredi avec Marie-Line : 9h-12h et 14h-16h30

  • Salles disponibles et réservation des salles :

Article à paraître dans le prochain Notre Eglise.

10 et 11 septembre : Fête de la Croix Glorieuse à Bétharram

 

12 septembre : les lundis de Foi et Culture

 

  • Retour en images sur le pélé national des servants d'autel avec Quentin et Michaël
Cliquez pour suivre le pélé avec Quentin et Michaël
  • Retour en vidéo sur le pélé national des servants d'autel avec Quentin et Michaël

Les ruminations de Jean Casanave

Méditations guidées par Raphaël Buyse 

Libres mots de Pierre Alain Lejeune 

Renoncer

 

« …Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. » Lc 14,33

On aurait pu trouver plus stimulant pour un évangile de « rentrée » alors que chacun essaie de mobiliser toutes ses ressources afin de repartir d’un bon pied ! C’est pourtant la recommandation qui sera faite dans toutes les assemblées liturgiques dimanche prochain. Mais le renoncement n’est-il pas, aujourd’hui, le résultat d’une banale constatation ? Que faisons-nous depuis quelques mois si ce n’est, de gré ou de force, :

  • renoncer à une paix en Europe alors que nous nous étions habitués à elle depuis 70 ans,
  • renoncer à un climat que l’on disait tempéré alors qu’il devient imprévisible et irascible à souhait,
  • renoncer à un savoir-vivre fondé sur le respect réciproque alors que la violence brute devient le langage usuel,
  • renoncer à une idée de famille stable quand les enfants reviennent de l’école en disant que les autres ont plusieurs parents alors qu’ils n’en ont que deux,
  • renoncer à un système de santé rassurant quand il faut consulter le calendrier de l’ouverture des urgences avant de tomber de son échelle,
  • renoncer à une certaine façon conviviale de vivre avec nos voisins alors que nos campagnes s’urbanisent de plus en plus,
  • et même renoncer à une église qui servait de repère pour une grande partie de la population et se résoudre à la savoir vide ou fermée,
  • enfin, pour celles et ceux qui ont atteint un âge certain, ne sont-ils pas contraints de renoncer à ce qu’ils ont été ou à ce qu’ils ont fait ou encore à des projets devenus impossibles !

Bref, nous sommes et nous serons de plus en plus amenés à renoncer.

Mais l’injonction du Christ ne consiste pas en un appel à un renoncement pour le seul « plaisir » de se mortifier. Il s’agit de renoncer pour le suivre, pour être son disciple. Faire le vide de nos encombrants pour nous laisser remplir de sa Parole et de son Esprit.

Le livre des Evangiles ou le « Prions en Eglise » qui offre les textes liturgiques quotidiens sont-ils à portée de main chez les baptisés ?

Son Esprit Saint trouve-t-il un accueil permanent dans la pratique de la prière ou de la charité fraternelle ou encore dans la rencontre avec les autres chrétiens à l’instar de nos ancêtres des Actes des Apôtres ?

Rappelons-nous qu’Il a renoncé à être considéré comme l’égal de Dieu pour s’abaisser jusqu’à nous, pour se mettre à notre suite, pour venir nous chercher sur nos chemins tortueux… Ph 2

Jean dé Bartaloumè

La cuisine des monastères

Un moine ou une religieuse nous présente une recette depuis la cuisine de son monastère. Des plats familiaux accordés aux saisons et même au temps liturgique. L’occasion de parler aussi de la relation à la nourriture, et du sens donné à sa préparation ...

Livres pour une rentrée proposés par Jean Casanave

« Vivre avec nos morts » tel le titre de l’ouvrage de Delphine Horvilleur, paru chez Grasset qui paradoxalement se termine par ces mots : « A la vie ! ». L’auteure, une des rares « femme rabbin » exerçant en France, nous fait part de son expérience de l’accompagnement des personnes en deuil. Elle aborde tous les sujets qui concernent la mort à l’aide de la tradition juive qui s’avère plurielle dans ce domaine comme dans d’autres.

Ceux et celles qui lisent l’Evangile en replaçant son écriture dans le contexte culturel de l’époque trouveront matière à jeter des ponts entre les commentaires successifs des rabbins contemporains des premiers chrétiens et le récit de la vie et des paroles de Jésus. Ils comprendront par exemple d’où vient la réflexion de celui qu’on appelait parfois « Rabbi » lorsqu’il affirmait que « pas un iota, pas un trait de l’Ecriture ne disparaîtront de la Loi. »

Ils pourront aussi mesurer l’écart entre l’interprétation juive de la Loi qui permet la coexistence de nombreuses versions de la vérité et celle de Jésus qui s’inscrit dans l’acte suprême de sa mort et de sa résurrection, ouvrant ainsi à la révélation impensable d’un Dieu qui se fait l’un de nous.

Vers la fin de l’ouvrage, l’auteure aborde l’idée de résurrection qui s’apparenterait plutôt à une survivance. Quoiqu’il en soit des différentes théologies, nous pouvons retenir une grande leçon de ce livre : l’humilité et la délicatesse indispensables à tous ceux qui abordent les endeuillés dans l’épreuve de la séparation et du mystère de l’au-delà. Humilité à opposer aussi à la prétention de rendre compte d’une écriture aussi riche que « vivante. »

"Le Très vif", Un autre livre plus court, mais pas plus léger : celui de Jérôme Ternynk, prêtre de la congrégation de St Jean, chez Salvator. L’auteur se met dans la peau de Cléophas, l’un des disciples d’Emmaüs. Il nous fait passer par tous les doutes et toutes les espérances de ce disciple qui attend, tous les soirs de la semaine qui suit la résurrection, la venue inopinée du maître.

Que sera le Royaume annoncé et promis ? Il attend une réponse. Elle ne viendra pas. Simplement l’Esprit se manifestera et l’engagera, lui et ses amis, sur le même chemin que celui qu’ils appelleront désormais le Fils du Père.

Une méditation stimulante et profonde à reprendre à petites doses au temps pascal ou autour du repas eucharistique.

 

Le puzzle de la semaine

Lundi : Luc (6, 6-11)

Mardi - Luc (6, 12-19)

Mercredi - Luc (6, 20-26) 

Jeudi - Matthieu (1, 1-16. 18-23) 

Vendredi – Luc (6, 39-42)

Samedi - Luc (6, 43-49) 

Cinéma chrétien

Humour du mois

 

Vidéo de la semaine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :